Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Un Euro deux mesures…

Ecrit par Eric Roux

La folie dans les stades comme si le virus n’existait plus

On ne peut qu’être interpellé par les images de liesse dans les stades de l’Euro et, accessoirement, sur les terrasses où les matchs sont retransmis. Il n’est plus question, à l’heure de fêter un but, de la moindre distanciation sociale. C’est plutôt la course aux embrassades et aux bisous. On se souvient que d’éminents épidémiologistes avaient identifié le match de Ligue des champions Atalanta – Valence comme l’un des déclencheurs de la première vague de coronavirus en mars 2020. Ils avaient même parlé de “bombe biologique”. Avec les tests PCR obligatoires lors des voyages et la vaccination grandissante au sein de la population, on peut supposer que la situation est désormais bien mieux contrôlée. Il reste qu’il y a un décalage évident entre les mesures sanitaires très strictes toujours imposées dans de nombreux secteurs d’activité et la ferveur populaire autorisée – ou acceptée – lors de cet Euro. Dans les stades de Wembley, Budapest ou Bucarest, les spectateurs avaient carrément retrouvé, tout guillerets, le monde d’avant. On suppose que les autorités compétentes des différents pays ont anticipé cette situation et qu’elles n’ont pas cru naïvement que les supporters allaient rester gentiment assis sur leur siège à deux mètres du voisin ! Espérons simplement que le variant Delta, qui fait déjà tant de dégâts en Russie, ne se soit pas invité sournoisement à la fête et qu’il ne va pas faire de cet Euro le cluster d’une quatrième vague.



Voir plus d'articles de la même catégorie