Par Sudeast Info
Basket : Vence et Cerutti veulent la PNM
Jean-Luc Cerutti sera toujours la saison prochaine l'entraîneur de la R2M de Vence avec un objectif clair, net et précis.
Volley : Double montée pour l’ESVL
De la Régionale à la PNF, de la Départementale à la Régionale, les deux équipes seniors féminines de l'ESVL accèdent à l'étage supérieur, une révolution à stabiliser.
Basket : Jouandon, retrouve la N2F
L'AS Monaco va retrouver la N2F la saison prochaine. Championne de sa Poule A de N3F, l'équipe de Christelle Jouandon doit maintenant réussir son retour.
Basket : Viale reste au Cavigal
Il poursuit l'aventure, Sébastien Viale nous a confirmé sa présence renouvelée sur le banc de la PNF du Cavigal Nice.
Volley : Mandelieu monte en N3F
Mandelieu jouera en Nationale 3 la saison prochaine. Invaincu, l'effectif Mandolocien n'a jamais tremblé et se tourne vers l'avenir avec ambition.
Basket : Agostini reste au SLB
Philippe Agostini a confirmé à notre média qu'il sera toujours à la rentrée l'entraîneur de la N3M du Stade Laurentin Basket.
Volley : Donzion continue l’aventure
En poste depuis 2012, Jean-Christophe Donzion n'est pas prêt de rendre son tablier : il sera toujours à la rentrée de septembre 2022 sur le banc de la N3M du MLNVB.
Volley : Antibes grille encore un joker
Nouvelle lanterne rouge de Nationale 3, Antibes est aujourd'hui à une place qu'elle ne mérite pas. Mais beaucoup trop d'inconstance empêche l'OAJLPVB d'espérer mieux que des miettes.
Volley : Mandelieu se relance
Vainqueur pour la première fois depuis le 4 décembre, Mandelieu profite enfin d'un calendrier plus clément pour se relancer. A confirmer ce week-end contre Cagnes en N3M.
Basket : Du SLB aux Restos
Ce samedi soir, Saint-Laurent du Var reçoit Cagnes-sur-Mer en N3M, à cette occasion le club soutient les Restos du Coeur. Explications.

Un Euro deux mesures…

Ecrit par Eric Roux

La folie dans les stades comme si le virus n’existait plus

On ne peut qu’être interpellé par les images de liesse dans les stades de l’Euro et, accessoirement, sur les terrasses où les matchs sont retransmis. Il n’est plus question, à l’heure de fêter un but, de la moindre distanciation sociale. C’est plutôt la course aux embrassades et aux bisous. On se souvient que d’éminents épidémiologistes avaient identifié le match de Ligue des champions Atalanta – Valence comme l’un des déclencheurs de la première vague de coronavirus en mars 2020. Ils avaient même parlé de “bombe biologique”. Avec les tests PCR obligatoires lors des voyages et la vaccination grandissante au sein de la population, on peut supposer que la situation est désormais bien mieux contrôlée. Il reste qu’il y a un décalage évident entre les mesures sanitaires très strictes toujours imposées dans de nombreux secteurs d’activité et la ferveur populaire autorisée – ou acceptée – lors de cet Euro. Dans les stades de Wembley, Budapest ou Bucarest, les spectateurs avaient carrément retrouvé, tout guillerets, le monde d’avant. On suppose que les autorités compétentes des différents pays ont anticipé cette situation et qu’elles n’ont pas cru naïvement que les supporters allaient rester gentiment assis sur leur siège à deux mètres du voisin ! Espérons simplement que le variant Delta, qui fait déjà tant de dégâts en Russie, ne se soit pas invité sournoisement à la fête et qu’il ne va pas faire de cet Euro le cluster d’une quatrième vague.



Voir plus d'articles de la même catégorie