Par Sudeast Info
Volley : Vaillant à la tête de la RF
Hugo Vaillant est le nouvel entraîneur de la Régionale Féminine du VBSL. Le central de la Nationale 3 compte redynamiser le groupe et se veut ambitieux.
Basket : La réserve refuse la montée
Mandelieu, championne de Pré-Régionale Féminine, a fait le choix de refuser la montée en Régionale 2. Trop lourd à assumer en plus de la PNF.
Handball : Martinez rejoint le Cros
Nouvel entraîneur de l'ETM du Cros-de-Cagnes, Marc Martinez tourne la page du VSJBHB avec l'envie de rebondir en gardant un souvenir ému du club qui l'a accueilli il y a 20 ans.
Basket : Petrovic, fin de carrière ?
Si sa décision n'est pas définitive, son départ de la N3M de Menton pourrait accélérer la fin de sa carrière. Veljko Petrovic se livre à notre média.
Handball : Les mots de Charloton
Jean-Michel Charloton, le nouvel entraîneur de la N3M de Grasse, s'est livré au jeu de l'interview pour notre média. Son groupe sera renouvelé.
Handball : Oliva de retour en PNM
Comme l'équipe première qui monte en Nationale 3, la réserve du HBMMS accède elle à la Pré-Nationale. Un nouveau défi mais aussi une continuité pour le coach Jérôme Oliva.
Handball : Denis ne se cache pas au Cros
Toujours sur le banc la saison prochaine de la Pré-Nationale du Cros-de-Cagnes, Olivier Denis ne visera pas moins que cette année : à minima une qualification en Poule Haute.
Handball : Dalmasso, la montée ou rien
Après avoir manqué la montée en Nationale 2, Dalmasso reste en poste avec un objectif renouvelé et un savoir appuyé des carences à combler.
Handball : Charloton sur le banc de Grasse
Antibes, puis Cannes-Mandelieu et désormais Grasse avec une nouvelle division à découvrir sur un banc : la Nationale 3. Nouveau défi pour Jean-Michel Charloton.
Volley : Ickowicz quitte Antibes
Du changement à Antibes. Cédric Ickowicz s'en va et laisse vacant son banc à la tête de la Pré-Nationale Féminie dont le groupe est fortement chamboulé.

Le géant au cœur brisé !

Ecrit par Sébastien Noir

Humeur

Le prophète Daniel avait rêvé de son colosse aux pieds d’argiles. Hier matin, dès potron-minet, Rudy Gobert, géant au cœur brisé, est devenu prophète en son pays !

Ce pivot, 2,16 m de douceur, assis sur sa chaise et la tête baissée, n’était que larmes.

On avait tous envie de le serrer dans nos bras, de le consoler, de lui dire que ce résultat, s’il n’était pas celui qu’il espérait, allait faire plusieurs ricochets.

Tout d’abord, les Bleus ont gagné le respect de la planète basket, à commencer par leurs adversaires du jour, les meilleurs joueurs au monde, qui ont dû puiser dans leurs retranchements pour l’emporter. Il suffisait de croiser le regard de Kevin Durant pour s’en convaincre.

Ensuite, le peuple français a vibré devant sa télé malgré les yeux embués et le café noir qui n’a jamais été aussi matinal !

Pourtant, Rudy, lui, n’en avait cure. Il voulait gagner. Que ses Bleus soient les premiers Européens à faire tomber les Ricains de leur piédestal.

Imaginez Rudy et ses frères (comme il l’écrira plus tard sur son compte Twitter), immigrés dans le pays de la Grosse Pomme, rentrer aux States tout auréolés de ce titre olympique.

Le rêve américain !

Même s’il écume les parquets de la NBA depuis 2013, même s’il fut

désigné NBA defensive player of the year en 2018, 2019 et 2021, même si le centre des Utah Jazz, sélectionné à deux reprises pour le All-star game, est désormais le pivot le plus payé de l’histoire de la NBA, il reste profondément attaché à la France. Sa France.

Comme ses frères, qui nous auront fait vibrer depuis le début de cette olympiade.

Alors, on se projette déjà en 2024. A Paris. Chez eux, Rudy Gobert et les siens seront là. Et on espère, cette fois, le voir sourire. On aura alors envie de le serrer dans nos bras pour le féliciter !

Prêts pour le rêve… parisien ?



Voir plus d'articles de la même catégorie