Par Sudeast Info
Handball : Rion sur le banc du HBMMS
Se mettant en retrait du banc de la PNM du HBMMS, Jérôme Oliva voit Fabrice Rion, un ancien de la maison, le remplacer pour conduire le groupe au maintien.
Handball : le 06 dans le dur
Si Villeneuve-Loubet tire son épingle du jeu à Monaco, globalement le début de saison de la Nationale 2 n'est pas brillant pour les Maralpins. Est-ce surprenant ?
Volley : Cagnes annonce son « Big Game »
Ce samedi soir, l'USC jouera en Nationale 2 un match très important à plus d'un titre. L'occasion à domicile de prendre des points pour ne pas douter.
Handball : Carros, l’art de la patience
Avec seulement trois matchs joués jusque-là, la PNF de Carros patiente avant de réellement lancer sa saison pour lorgner sur un retour en Nationale 3.
Handball : Nice dans le top 5 de N1F
Cinquième de N1F, la réserve de l'OGC Nice dispute samedi un match important avant une trêve de cinq semaines. Il faut rebondir à domicile après la perte du derby au début du mois.
Basket : Durand et le CCAB à un tournant
Match de coupe PACA à venir face à une Nationale 2 et match au sommet contre Grenoble à venir en championnat, le CCAB va être fixé un peu plus sur ses objectifs.
Volley : Villeneuve vite dans le bain
Avec un calendrier où il est difficile de faire plus ardue, le promu en PNF, Villeneuve-Loubet, n'a pas le temps d'apprivoiser le niveau en douceur. Prochain match contre le VBSL.
Handball : Moment charnière pour le BTP
Avec quatre victoires en quatre journées, la N2F du BTP Nice a réussi son début de saison mais deux déplacements capitaux se profilent pour affiner l'objectif.
Basket : Grasse, c’est solide
Vainqueur de ses deux premières journées de PRF, Grasse a déjà envoyé un signal au championnat mais attention la pente va se durcir avec un déplacement à Vence.
Basket : Golfe remet son titre en jeu
Champion de Pré-Régionale, Golfe-Juan n'a pas souhaité monter en Régionale 3. L'équipe de Steven Le Lay remet avec plaisir son titre en jeu.

Le géant au cœur brisé !

Ecrit par Sébastien Noir

Humeur

Le prophète Daniel avait rêvé de son colosse aux pieds d’argiles. Hier matin, dès potron-minet, Rudy Gobert, géant au cœur brisé, est devenu prophète en son pays !

Ce pivot, 2,16 m de douceur, assis sur sa chaise et la tête baissée, n’était que larmes.

On avait tous envie de le serrer dans nos bras, de le consoler, de lui dire que ce résultat, s’il n’était pas celui qu’il espérait, allait faire plusieurs ricochets.

Tout d’abord, les Bleus ont gagné le respect de la planète basket, à commencer par leurs adversaires du jour, les meilleurs joueurs au monde, qui ont dû puiser dans leurs retranchements pour l’emporter. Il suffisait de croiser le regard de Kevin Durant pour s’en convaincre.

Ensuite, le peuple français a vibré devant sa télé malgré les yeux embués et le café noir qui n’a jamais été aussi matinal !

Pourtant, Rudy, lui, n’en avait cure. Il voulait gagner. Que ses Bleus soient les premiers Européens à faire tomber les Ricains de leur piédestal.

Imaginez Rudy et ses frères (comme il l’écrira plus tard sur son compte Twitter), immigrés dans le pays de la Grosse Pomme, rentrer aux States tout auréolés de ce titre olympique.

Le rêve américain !

Même s’il écume les parquets de la NBA depuis 2013, même s’il fut

désigné NBA defensive player of the year en 2018, 2019 et 2021, même si le centre des Utah Jazz, sélectionné à deux reprises pour le All-star game, est désormais le pivot le plus payé de l’histoire de la NBA, il reste profondément attaché à la France. Sa France.

Comme ses frères, qui nous auront fait vibrer depuis le début de cette olympiade.

Alors, on se projette déjà en 2024. A Paris. Chez eux, Rudy Gobert et les siens seront là. Et on espère, cette fois, le voir sourire. On aura alors envie de le serrer dans nos bras pour le féliciter !

Prêts pour le rêve… parisien ?



Voir plus d'articles de la même catégorie