Par Sudeast Info
Handball : Rion sur le banc du HBMMS
Se mettant en retrait du banc de la PNM du HBMMS, Jérôme Oliva voit Fabrice Rion, un ancien de la maison, le remplacer pour conduire le groupe au maintien.
Handball : le 06 dans le dur
Si Villeneuve-Loubet tire son épingle du jeu à Monaco, globalement le début de saison de la Nationale 2 n'est pas brillant pour les Maralpins. Est-ce surprenant ?
Volley : Cagnes annonce son « Big Game »
Ce samedi soir, l'USC jouera en Nationale 2 un match très important à plus d'un titre. L'occasion à domicile de prendre des points pour ne pas douter.
Handball : Carros, l’art de la patience
Avec seulement trois matchs joués jusque-là, la PNF de Carros patiente avant de réellement lancer sa saison pour lorgner sur un retour en Nationale 3.
Handball : Nice dans le top 5 de N1F
Cinquième de N1F, la réserve de l'OGC Nice dispute samedi un match important avant une trêve de cinq semaines. Il faut rebondir à domicile après la perte du derby au début du mois.
Basket : Durand et le CCAB à un tournant
Match de coupe PACA à venir face à une Nationale 2 et match au sommet contre Grenoble à venir en championnat, le CCAB va être fixé un peu plus sur ses objectifs.
Volley : Villeneuve vite dans le bain
Avec un calendrier où il est difficile de faire plus ardue, le promu en PNF, Villeneuve-Loubet, n'a pas le temps d'apprivoiser le niveau en douceur. Prochain match contre le VBSL.
Handball : Moment charnière pour le BTP
Avec quatre victoires en quatre journées, la N2F du BTP Nice a réussi son début de saison mais deux déplacements capitaux se profilent pour affiner l'objectif.
Basket : Grasse, c’est solide
Vainqueur de ses deux premières journées de PRF, Grasse a déjà envoyé un signal au championnat mais attention la pente va se durcir avec un déplacement à Vence.
Basket : Golfe remet son titre en jeu
Champion de Pré-Régionale, Golfe-Juan n'a pas souhaité monter en Régionale 3. L'équipe de Steven Le Lay remet avec plaisir son titre en jeu.

Jean-Louis Le Ny débarque à Nice

Ecrit par Martial Hespel

Le Breton Jean-Louis Le Ny, référence depuis deux ans du peloton amateur Français, signe enfin, à bientôt 25 ans, professionnel, chez le Team Nice Métropole Côte d'Azur. Un tremplin avant de voir plus haut ?

Au moment où nous écrivons ses lignes, le néo-niçois Jean-Louis Le Ny est sans doute quelques part au-dessus du globe, à survoler la planète, direction La Thaïlande. « J’avais eu des billets d’avion puisque je devais participer à une course avec une Continentale locale. Finalement, je n’y participerai pas, mais j’en profites pour débrancher le cerveau. On part dix jours avec ma copine. Je vais découvrir ce pays. C’est une belle opportunité. J’ai besoin de couper avec le vélo, partir de chez moi et recharger les batteries avant une grosse préparation hivernale », explique ce fervent supporter du FC Lorient à www.magsport06.fr.


Celui qui aura 25 ans le 29 janvier prochain, réalise son rêve, passer professionnel. « Je ne réalise pas encore. Avec mon agent, on cherchait une équipe. Je devais signer chez B&B Hôtel et finalement pour divers raisons, ils ne m’ont pas pris. Malgré tout, on cherchait un contrat, pour passer au cran du dessus. Finalement, c’est Nice qui m’a contacté en premier et je dois avouer ne pas avoir attendu autre chose, j’ai saisi directement l’opportunité. De plus, notamment pour le climat, le relief et les qualités d’entraînements au quotidien, je voulais déménager sur la Côte d’Azur. C’est parfait. Je serai ainsi à côté du service course de l’équipe, ce sera très simple pour participer à de nombreux stages et j’apprécie beaucoup le contraste entre la mer et la montagne. »


Une recrue de très haut niveau pour l’équipe niçoise du Team Nice Métropole Côte d’Azur, le troisième meilleur coureur amateur de France selon le site référence du cyclisme amateur : DirectVélo. Le vainqueur du Tour de Bretagne 2021, qui n’a pas signé le contrat espéré il y a un an, a plus que confirmé sa très belle saison post-covid en empilant les victoires en 2022 : le classement général de l’Estivale Bretonne, la Flèche de Locminé, le Circuit du Morbihan, le Trophée de l’Essor et surtout un bouquet en 2.2 UCI, la deuxième étape du Kreiz Breizh Elite. 


Alors, après deux telles saisons, à bientôt 25 ans, ce n’est pas un petit jeune qui débarque à Nice. Jean-Louis le Ny se veut très ambitieux. « Ce premier contrat, je l’espère, doit être un tremplin avant d’aller encore plus haut. Je veux prouver que j’ai ma place chez les pros et performer pendant un an en Continentale. Je vais cibler mes courses pour aller plus haut encore. » Sent-il que peu de temps lui reste pour arriver à ses fins et toucher un jour le Graal, une participation ou Tour de France ou revenir sur le Tour des Flandres, épreuve qui lui correspond et qui l’a marqué en Junior, sans réussite ? « Certes je ne suis pas tout jeune, je n’ai pas 18 ou 19 ans, mais chacun grandi à sa propre vitesse. Je n’ai brûler aucune étape jusque-là. Quand on voit Valverde qui arrête le vélo à plus de 40 ans… Il n’y a pas le feu. Si je dois faire carrière, je la ferai. Je vais essayer. J’ai eu par le passé pas mal de frustration du fait qu’on ne le laisse pas ma chance, aujourd’hui, à bientôt 25 ans, on me la donne. »


Le début de saison sera chargé. Le 29 janvier, le jour de son anniversaire, le Grand-Prix La Marseillaise. Deux jours plus tard, l’Étoile de Bessèges. Suivra quinze jours plus tard le Tour des Alpes-Maritimes et du Var. S’il ne connaît pas encore son calendrier officiel, Jean-Louis Le Ny espère en être et performer. « Ce seront des courses à ma convenance. A l’usure. En amateur, c’est ce qui me plaisait. Je verrai bien en temps voulu car j’ai déjà couru en 2.2 avec les pros et je n’étais pas à la rue… Je vais vite me rendre compte où j’en suis. Là je pars en vacances, ensuite il y aura les stages avec l’équipe. Nous allons parler avec le staff, les sponsors, gérer les pics de forme etc… Tout cela n’est pas encore concret. Je ne réalise pas encore que j’ai signé un contrat professionnel. » 


Il débarque donc pleinement dans le monde professionnel mais ne va pas découvrir la façon d’y courir. On le sait, là où en majorité du temps, en amateur, les courses se déroulent à bloc du premier au dernier kilomètres ou presque, en pro, la donne est différente. « En classe 2 on sait que souvent, une échappée part, on ne fait rien pendant 150 bornes et ça se castagne les 30 derniers kilomètres où ça se joue. Je verrai où je me positionne. Je pense que la bagarre en fin de course peut me convenir, mais si j’ai la possibilité de prendre des échappées et de me montrer pour le l’équipe, ce sera avec plaisir. Je serai peut-être dans l’observation les premières courses, mais une journée à l’avant ne sera que du bonus, pour passer à l’écran aussi. Je vais observer, voir où je me situe à côté du gratin mondial ce qui me permettra de voir ce que je dois travailler à l’entraînement. »


Pour Jean-Louis Le Ny, mordu aussi de bricolage à constamment monter ou démonter ses vélos tel un mécano, lui qui fait du vélo depuis l’âge de 4 ans, c’est la concrétisation d’années de sacrifices mais aussi le début de tout. « Je vais apprendre à gérer une telle saison. On va fonctionner en bloc de course et parfois il faudra apprendre à dire non à une participation pour mieux préparer un autre objectif. Le Tour de France, ce serait un rêve, mais pour ça, il faut faire partie d’une équipe qui peut y participer et ensuite être sélectionné. Je ferai tout pour rendre à Nice ce que l’équipe m’offre en performant du mieux possible dans des courses difficiles, d’usure, nerveuse où l’élimination se fait à l’arrête et où la gagne se joue en petit groupe. »


Rendez-vous donc début novembre pour récupérer les clefs de son appartement à Nice et de mettre place en plan d’entraînement précis avec son entraîneur durant l’hiver. Et si vous êtes un féru de motocross, Jean-Louis Le Ny attend vos tuyaux pour assouvir une autre passion qui lui permet de décrocher de temps en temps du vélo, mais toujours à deux roues.



Voir plus d'articles de la même catégorie