Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Roglic, caché pour être heureux ?

Ecrit par Martial Hespel

Pour préparer au mieux son Tour de France, Primož Roglic a choisi de ne pas courir en compétition officielle pendant deux mois.

Mon cher Primož. En premier lieu, crois moi, je t’apprécie. Vraiment. Tu excelles dans l’art d’allier à la fois ce côté robotisé de la majorité des cyclistes modernes, qui calculent tout [trop], mais également un visage très humain qui, d’ailleurs, t’a joué trop souvent des Tours.

Lorsque, par exemple, tu as sombré durant le contre la montre final de la dernière Grande Boucle, casque dodelinant au-dessus d’un esprit brumeux, donnant à ton air de gendre idéal l’image d’un junior découvrant un matériel non-adapté. Un mois plus tôt, maillot de leader du Dauphiné sur le dos, tu abandonnes sur chute. En mars dernier, toujours tunique dorée tatouée sur ton torse à Paris-Nice, tu tâtes le bitume à deux reprises le dernier jour sur les routes de Saint-Martin du Var, voyant ton adversaire allemand te déposséder de ton bien. Alors oui, toi sauteur à ski dans ta Slovénie natale, tu es arrivé sur le tard à bicyclette. Pourtant, ton palmarès est déjà très fourni. Mais, en France, pays de l’actuel meilleur coureur du monde, Julian Alaphilippe, tu n’y arrives pas Primož.

Tout du moins, pas pour le moment et du haut de tes 31 printemps, tu vois peut-être d’un mauvais œil pour ton avenir l’avènement de ton jeune compatriote et dernier vainqueur du Tour, Tadej Pogacar, 22 ans. Et, presque honteux, je dois te le dire Primož, j’ai pesté ce matin car lorsque tu as pris le départ du Tour ce 26 juin, j’ai compris que tu venais de côcher sur ton calendrier un 18e jour de course en 2021. Seulement. On ne t’avais plus vu, dossard sur le dos, depuis le 25 avril sur la Doyenne, Liège Bastogne Liège. Tu as choisi, dépourvu de solution pour ne pas répéter les erreurs du passé, de ne calquer ta préparation que sur des stages et de l’entraînement. Souvent seul, face à toi-même, pour décrocher enfin le Graal.

Si dans trois semaines, la plus belle avenue du monde t’applaudit en jaune, n’ai crainte sur ma sincérité, je serai ravis pour toi. Mais les puristes, férus d’arranguer leurs champions tout au long de l’année, regretterons peut-être que la lumière du Tour, ton unique objectif de l’année, éteigne les lanternes des autres chemins Européens. Époque révolue où pour gagner l’épreuve reine, on ne lésinait pas sur de multiples apparitions.

Au terme de cette première étape bretonne, nous avons à nouveau constaté ta capacité à écouter parfaitement tes sensations, oubliant aux vestiaires ton goût du risque. Oui, tu as tenté d’aller chercher le champion du monde à deux kilomètres du but lorsque ce dernier est sorti du groupe de tête. Sentant que tu n’y parviendrai pas, tu as relâché ton effort, te replaçant dans les roues, suffisamment pour, au sprint, jeter ton vélo en troisième position et enrichir ta Madeleine de Proust : ta besace de bonifications. Tu as débuté ton travail de sape à l’instar du Petit Poucet qui pose ses pions. Rendez-vous dans 3217,6 kilomètres.

(Crédit photo : Noémie Morizet / Facebook)



Voir plus d'articles de la même catégorie