Par Sudeast Info
Handball : Antibes à la guerre sans Giusta
Manon Giusta quitte à nouveau la scène. Une nouvelle opération à l'épaule l'attend, elle qui a fait tant de bien à la PNF antiboise en début de saison.
Handball : Gallice et le Cros sans pause
Bientôt trois mois après le début de sa préparation estivale, la PNM du Cros-de-Cagnes n'a joué que trois matchs. Le coach Raphaël Gallice attend, enfin, de voir les matchs s'enchaîner.
Handball : Grasse bascule en tête
Retrouvera t-on Grasse en Nationale 2 la saison prochaine ? La N3F du coach Dalmasso ont envoyé un sérieux signal à Cagnes-sur-Mer.
Handball : le HBMMS piaffe d’impatience
Avec seulement trois matchs disputés, la PNM du HBMMS patiente avant de réellement lancer sa saison. La réception du Cros va t-elle permettre de se rassurer ?
Handball : le BTP est en avance
Le bilan de début de saison de la Pré-Nationale du BTP est excellent. Invaincu après cinq journées, le groupe de Ziane Elfraihi est en avance sur son tableau de marche.
Handball : Antibes, contre les éléments
Avec la venue de Nîmes, pour le compte de la cinquième journée de N1M, Antibes tentera de résoudre l'équation pour s'imposer. Diminué, il faudra lutter.
Basket : Saint-Laurent tient son rang
Grâce à deux succès acquis à domicile, la N3M du SLB prouve à chacun qu'elle sera bien dans la course aux accessits cette année.
Basket : Grasse se lance « enfin »
Ce week-end, à l'occasion de la 3e journée de PNM, Grasse a décroché son premier succès, un moment important pour Joseph Galas et ses hommes.
Volley-ball : Cannes ne manque son entrée
Trois points. Ce qui est pris n'est plus à prendre. La jeune équipe de Cannes a réussi ses débuts en N3M.
Volle-Ball : Que peut jouer Antibes ?
Pour son entrée en N3M, Antibes a peiné à exister contre Saint-Laurent (25-20 25-16 25-14) et va devoir réagir rapidement même si le calendrier ne lui permet pas encore.

Pourquoi crient-elles en frappant la balle ?

Ecrit par Eric Roux

Depuis les années 60, les joueurs et joueuses de tennis se permettent de pousser des grognements lorsqu’ils frappent dans la balle. Mais pourquoi ces cris ?

Depuis les années 60, les joueurs et joueuses de tennis se permettent de pousser des grognements lorsqu’ils frappent dans la balle. Au point même que certains adversaires de Monica Seles se sont plaints de ces cris lors et après les matches et que d’autres aimeraient que les règles de tennis imposent le silence. Mais pourquoi ces cris ? Eh bien, la science a apporté une réponse. Les joueurs crient pour frapper plus forts et pour déstabiliser l’adversaire. Tout d’abord, des chercheurs du Texas ont apporté une partie de réponse. Ils ont montré que crier au moment de taper dans la balle permettait de frapper entre 6,4 et 9,6 % plus fort  au service. Une autre étude montre que la force des coups classiques augmenterait d’environ 4 % sans que le cri ait une incidence physique. Pour la mécanique, un psychologue du sport, Victor Thomson précise : « la force d’expiration concomitante à la contraction des muscles abdominaux donne plus de puissance au moment de la frappe ». Mais d’autres scientifiques  ont pris le problème autrement. Ils ont étudié les conséquences des cris sur l’adversaire. Et ils ont eu du nez. Selon des chercheurs Canadiens, les cris ralentiraient les réactions  des joueurs adverses de 33 millisecondes  et cela influerait d’ailleurs sur les erreurs de décision et d’anticipation de trajectoire. Donc, en grossissant un peu le trait, on peut dire que crier c’est un peu tricher. C’est d’ailleurs ce que certains clans de joueurs essayent de démontrer. Pour l’anecdote, la BBC avait mis en place un compteur de décibels. Et les grands gagnants du concours sont des femmes. Beaucoup pensaient d’ailleurs que Maria Sharapova gagnait haut la main avec ses 101 décibels. Eh bien non, elle a été détrônée par Victoria Azarenka et ses 105 décibels.



Voir plus d'articles de la même catégorie