Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Pourquoi crient-elles en frappant la balle ?

Ecrit par Eric Roux

Depuis les années 60, les joueurs et joueuses de tennis se permettent de pousser des grognements lorsqu’ils frappent dans la balle. Mais pourquoi ces cris ?

Depuis les années 60, les joueurs et joueuses de tennis se permettent de pousser des grognements lorsqu’ils frappent dans la balle. Au point même que certains adversaires de Monica Seles se sont plaints de ces cris lors et après les matches et que d’autres aimeraient que les règles de tennis imposent le silence. Mais pourquoi ces cris ? Eh bien, la science a apporté une réponse. Les joueurs crient pour frapper plus forts et pour déstabiliser l’adversaire. Tout d’abord, des chercheurs du Texas ont apporté une partie de réponse. Ils ont montré que crier au moment de taper dans la balle permettait de frapper entre 6,4 et 9,6 % plus fort  au service. Une autre étude montre que la force des coups classiques augmenterait d’environ 4 % sans que le cri ait une incidence physique. Pour la mécanique, un psychologue du sport, Victor Thomson précise : « la force d’expiration concomitante à la contraction des muscles abdominaux donne plus de puissance au moment de la frappe ». Mais d’autres scientifiques  ont pris le problème autrement. Ils ont étudié les conséquences des cris sur l’adversaire. Et ils ont eu du nez. Selon des chercheurs Canadiens, les cris ralentiraient les réactions  des joueurs adverses de 33 millisecondes  et cela influerait d’ailleurs sur les erreurs de décision et d’anticipation de trajectoire. Donc, en grossissant un peu le trait, on peut dire que crier c’est un peu tricher. C’est d’ailleurs ce que certains clans de joueurs essayent de démontrer. Pour l’anecdote, la BBC avait mis en place un compteur de décibels. Et les grands gagnants du concours sont des femmes. Beaucoup pensaient d’ailleurs que Maria Sharapova gagnait haut la main avec ses 101 décibels. Eh bien non, elle a été détrônée par Victoria Azarenka et ses 105 décibels.



Voir plus d'articles de la même catégorie