Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Fathi Krai prône l’union sacrée

Ecrit par Martial Hespel

Lanterne rouge de Nationale 2 après quatre journées, le BTP Nice est à la peine. Fathi Krai dresse les raisons de cette mise en route bien difficile mais aussi les motifs d'espoir.

On a voulu comprendre. Alors, on s’est tourné vers celui qui, avec Boubacar Sidibé, est l’âme de cette équipe. Pourquoi le début de saison de la N2M du Bâtiment Nice est si compliqué ? Les équipiers de Fathi Krai, éternel pivot de l’équipe, a perdu ses quatre premières journées et est aujourd’hui dernière de son championnat. Une lourde défaite pour débuter à Aix-en-Provence, 40 à 23, puis des revers plus courts contre ROC Aveyron (-4),  Prades-le-Lez (-4) et enfin Monaco (-2). Pour Fathi Krai, le constat est simple. 


« On a pas de banc. On manque de rotation. Cette année, nous avons très peu recruté et nous avons misé sur les jeunes. Mais ça prend du temps. Je ne dis pas qu’ils ne sont pas bons, le potentiel est là, il faut du temps. Chamal Abdullah est parti à l’intersaison et pendant plusieurs semaines nous sommes actuellement privés de Mohamed Hamila : fracture à la main. Ce n’est pas facile », explique t-il à www.magsport06.fr. « On a un très bon groupe de sept à huit joueurs, mais derrière, il faut encore du temps pour se mettre au niveau. Dès que l’on fait un ou deux changements, on voit trop la différence. Il faut que tout le monde travaille beaucoup avec un objectif clair cette année : le maintien. On sait de quoi nous sommes capables mais sur une heure on ne peut pas encore tenir. On l’a vu contre Monaco où on est encore à égalité à dix minutes de la fin, mais on craque physiquement. »


Il explique également à www.magsport06.fr une chose simple, à aucun moment l’entraîneur n’est remis en cause après, déjà, une saison précédente difficile. « Le vestiaire est totalement solidaire derrière Rémy Frixa. Nous sommes tous derrière lui. On croit en lui et en son projet. Je peux dire qu’il n’y a aucun doute là-dessus. Nous, avec Bouba, on essaie toujours d’obtenir quelque chose du vestiaire en parlant beaucoup. Le tenir. Revenir à l’entraînement n’est bien entendu pas simple, on est tous dégoûté des résultats, mais on est là, on travaille ! On prend des coups, mais on y croit. » 


« On n’a pas de défaite honteuse mais pour le moment il nous en manque pour tenir une heure. Le maintien est faisable, personne n’en doute. Le vestiaire se lie d’une vraie amitié et chacun est uni derrière le discours du coach. On sait aussi que la Poule est très relevée, chacun a ramené des joueurs de haut niveau. Il n’y a aucune équipe légère. On ne peut que progresser, nous nous battrons jusqu’au bout avec nos armes avec un vestiaire uni et solidaire. »
Prochain match à venir, le 22 octobre aux Eucalyptus, tout aussi difficile, face à la jeune réserve de Saint-Raphaël.



Voir plus d'articles de la même catégorie