Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Bozon veut changer les choses

Ecrit par Martial HESPEL

Nouvel entraîneur de la Nationale 2 du Cannet-Rocheville, Sébastien Bozon distille à notre média les premières brides d’un projet ambitieux mais mesuré. 

A 46 ans, Sébastien Bozon n’était pas prédestiné à entraîner, un jour, la Nationale 2 du Cannet-Rocheville. Pourtant, c’est bien dans cette même division – mais pas dans la même Poule – qu’il coachait dernièrement, à Lons-le-Saunier, club avec qui il se sépare. « Je me suis mis sur le marché des transferts et le contact a été établi par l’intermédiaire de mon agent, Nicolas Massé. J’avais plusieurs pistes, mais le projet du CCAB m’a convaincu », narre t-il à www.magsport06.fr. Le voici prendre la succession de Maxime Zianveni qui, arrêt de la saison oblige, n’aura eu le temps de ne driver que trois matchs.

S’il réfute une quelconque ambition de monter d’un échelon dans les deux saisons du contrat pour lequel il vient de signer, il compte faire passer l’équipe dans une nouvelle dimension. « Les choses vont changer. Le groupe va évoluer d’environ 60% et je peux déjà annoncer qu’il y aura des joueurs professionnels. Les ambitions sont mesurées mais je suis un compétiteur dans l’âme. Dire que je veux monter en Nationale 1 sur un court terme serait un mensonge. Mais il y a matière à réaliser ici quelque chose de bien. Je vais partir sur un groupe avec huit garçons d’expérience et deux très jeunes. »

Celui qui a tout connu, pendant quinze ans, à Aix-Maurienne, des U15 France, jusqu’à la Pro B, va s’impliquer également dans le contenu technique des équipes de jeunes. « Cela entre dans le cadre d’un développement global du club. »

Sébastien Bozon, après un premier aller retour sur la Côte d’Azur il y a quelques semaines, où il a pu notamment rencontrer quelques joueurs, arrivera définitivement le 3 mai. L’occasion pour lui de finaliser les derniers détails de son projet et d’entamer plus précisément une montée en puissance physique pour son effectif, mais avec quels moyens ? « On attend l’évolution des restrictions sanitaires. Je vais devoir aussi faire un diagnostic des corps. Connaître l’état physique de chacun. A Lons, je n’ai jamais arrêté de m’entraîner. J’avais cinq pros et cinq semi-pros et grâce à la préfecture, la salle était ouverte. » 

Quant au cas Tim Blue, il n’en reste pas moins flou. Si le Président Yves Crespin assure que les papiers ont été signés et que la mutation est en bonne et due forme, il n’est pour le moment pas rentré des Etats-Unis. Le champion de France Pro B avec Antibes se rendra-t-il disponible pour rentrer dans les plans de Sébastien Bozon ? Rien n’est moins sûr. 

(Crédit photo : François Pietrzak)



Voir plus d'articles de la même catégorie