Un parfum d'Europe au VBSL

Volley
Infos pratiques : 
  • 25/06/2020

La réserve de l'Elite Nationale du VBSL jouera toujours la saison prochaine en Pré-Nationale avec une continuité sur le banc. Julia Hoff faisait le point pour notre média il y a quelques semaines. A retrouver en cliquant sur le lien suivant.

Transfuge de Nantes, la jeune centrale de 22 ans Lisa Lecouls affiche déjà un beau CV et compte faire prendre de la hauteur à sa nouvelle équipe du Volley-Ball Stade Laurent en Elite Nationale.

«  C'est un dépaysement total même si le soleil me connaît bien puisque je suis originaire d'Avignon, Saint-Laurent-du-Var et la Côte d'Azur c'est autre chose. Je suis ravi de rejoindre le club de Saint-Laurent. » Changement de vie pour Lisa Lecouls ! A 22 ans, cette jeune centrale rejoint le Stade Laurentin Volley-Ball après cinq années à Nantes. Une belle prise pour Pascal Drouot qui a l'art de convaincre indifféremment des joueuses d'expérience et en devenir grâce à un discours et un projet bien ficelés.

En 2015, la joueuse qui culmine à 1,81 m avait posé ses valises à Nantes pour évoluer avec la réserve de l'équipe professionnelle en Nationale 2. Puis, elle intègre le centre de formation avant de jouer avec l’équipe fanion. Cette (r)évolution représente pour elle « une grande fierté ». « J’ai connu le plus haut niveau. Je retiens mes différentes finales, avec les U20 en Coupe de France, mais aussi celle avec les pros et la finale du championnat Ligue A. » Des faits d’armes teintés de larmes puisqu’elle n’aura pas réussi à glaner le moindre succès. Une frustration. « Cela reste toute de même de bons moments ». Reste que Lisa Lecouls a participé à la dernière Ligue des Champions. « C'était une superbe expérience humaine avec le staff, les bénévoles, les supporters et surtout mes coéquipières. »

Depuis, la crise sanitaire et le confinement sont passés par là. « Je vais très bien. Mon confinement s'est très bien passé. J'ai résidé dans la maison familiale dans le sud de la France avec la chance de disposer d'un jardin et donc d'un espace extérieur pour y pratiquer mes séances. Notre préparateur physique nous faisait parvenir des exercices physiques à suivre quotidiennement. J'avais un peu de matériel et surtout un terrain de volley où je pouvais faire des petites oppositions avec les membres de ma famille qui sont aussi volleyeurs. »

Ce confinement lui a aussi été bénéfique sur un plan mental. « Après cinq ans à Nantes, il était temps pour moi de me partir vers de nouvelles expériences et notamment de retrouver du temps de jeu et ainsi de me créer de nouveaux objectifs. Le VBSL est un club en pleine progression depuis son accession au championnat Elite il y a deux ans, c'est un club où la formation et la progression sont présentes, c'est quelque chose que je recherche toujours car je n'ai que 22 ans. » Lisa va découvrir un championnat qu'elle ne connaît pas encore et qui devrait mieux lui correspondre à mi-chemin entre la Nationale 2 et la Ligue A. « Je suis certaine que ce club et ce niveau me permettront de me développer pleinement. J'arrive au bon endroit pour faire coïncider mes objectifs et ceux du club. J'ai hâte. »

En attendant d'arriver sur place, elle va s’arrêter en Avignon. Entre du physique, du beach, du badminton, des randonnées et du vélo, Lisa ne s'arrête jamais. « Il faut faire ce qu'il faut pour pallier au manque de compétition. J'ai vraiment hâte de venir à la rencontre du public laurentin, de commencer les matchs »

(Crédit photo : Charly Joncheray / Corentin Pingeon)

Gardons le contact