« A moi d’essayer de leur donner tort »

Hand
Infos pratiques : 
  • 17/05/2020

Retrouvez la première partie du long entretien avec le nouveau technicien des seniors de Carros en cliquant sur ce lien

Voici la deuxième partie de notre entretien avec Jérémy Thouin, nouvel entraîneur de la Pré-Nationale Masculine de Carros. Il en dit plus sur ses objectifs et la composition de son groupe.

Jérémy, ce groupe tu le connais pour entraîner au sein du club depuis deux ans...

Oui, mais c'est réciproque. Beaucoup de joueurs me connaissent déjà, m’ont vu intervenir auprès des jeunes et ont bien conscience que je ne triche pas. Ils savent comment je fonctionne et sont pour la plupart assez enthousiastes. Pourvu que cela dure. Mon passé de joueur, mais aussi d’entraîneur, me rappelle aussi que les relations joueurs / entraîneurs sont parfois compliquées et instables. La mission est compliquée mais intéressante. Beaucoup doivent lire ces lignes avec un petit sourire moqueur… ! Il va falloir bousculer un peu les habitudes pour avancer. Instaurer plus de rigueur, d’assiduité et d’investissement pour permettre au groupe d’intégrer un projet de jeu collectif, une culture de la gagne et avancer collectivement dans le même sens, avec des idées et un « langage handball » commun.

Que faut-il attendre de la composition de ton groupe ?

Le premier objectif était tout d’abord de conserver l’effectif, avec en bonus les retours appréciables de Marzouk, Nicolas Cadet et Clément Paty. Je vais faire aussi tout mon possible pour intégrer dans les meilleures conditions certains de mes jeunes – 2003 et 2004 - comme joueur à part entière ou comme partenaire d’entrainement. En termes de recrutement, toute personne connaissant un peu le handball dans la région, sait qu’il n’est pas simple de nos jours d’attirer des gros joueurs en championnat PNM sans leur proposer d’argent et encore plus pour intégrer une équipe en manque de résultats. La plupart du temps et à juste titre, ils souhaitent plutôt intégrer des collectifs évoluant au niveau Nationale du département et ce n'est pas ce qui manque entre Antibes, le BTP Nice, le Cavigal nice, Villeneuve-Loubet, Monaco et dernièrement Grasse.

En terme de recrutement ?

Nous avons la chance d’officialiser l’arrivée de deux joueurs qui viendront étoffer et enrichir notre collectif : Romain Charlier et Jean Durand. Je compte sur leur expérience de joueur de Nationale, sur leurs compétences et connaissances handball et sur leur bon état d’esprit, pour tirer le groupe vers haut. Je ne désespère pas de renforcer éventuellement encore deux secteurs de jeu : aile et gardien de but. Mais cela serait du bonus, une sécurité pour pallier d’éventuelles absences.

Tes débuts ne seront pas simples...

Nous vivons une période inédite, une situation sanitaire préoccupante, questionnant sur la pratique d’un sport collectif de « contact » en salle ! Je ne cache pas mon inquiétude. Commencer un nouveau projet, avec un nouveau groupe, sans savoir à quel moment nous auront de nouveau accès aux gymnases pour nous entraîner, cela complique encore plus la tâche. On entend tout un tas de rumeurs : reprises des championnats en septembre, en octobre et même en janvier etc... En fait personne ne sait vraiment.

Comment essayes-tu de t'organiser ?

J’ai déjà fixé une date éventuelle de reprise en août, mais sans savoir vraiment si nous pourrons réellement commencer à nous entraîner dans des conditions normales. J’aurai bien aimé poser les bases de la préparation et me présenter au groupe dès le mois de juin, mais cela me parait impossible. Comment gérer cette longue période de sédentarité et d’absence de handball ? Nous sommes nombreux à nous poser la question. Une saison qui se termine mi-mars, cela peut laisser des traces ! Je pense que les équipes qui sauront gérer le mieux cette période d’inactivité et la préparation de début de saison prendront un sérieux avantage sur les premiers matchs de championnat.

(Crédit photo : Magsport06)

Gardons le contact