Marine Carette conserve sa motivation

Hand
Infos pratiques : 
  • 27/10/2020

Fanny Beauruelle, autre recrue de la PNF d'Antibes, explique la raison principale du choix de disputer, début octobre, le déplacement à Puget-sur-Argens : “Cette équipe a un très beau potentiel et cette première journée (Défaite 17-31 contre Aix / Bouc Bel Air ; ndlr) ne l’a pas reflété. Ce contexte particulier rajoute au championnat des inconnues, on ne sait pas de quoi demain sera fait et si la saison s’était arrêtée à cette première journée nous étions dernières et cela aurait effacé tout le travail réalisé l’année dernière par les filles et Jeremy en départementale. Ainsi en accord avec le club et l’ensemble du groupe nous avons fait le choix de nous déplacer à Puget-sur-Argens.” 

Avec dix buts en deux matchs, Marine Carette a très vite été remarquée sous ses nouvelles couleurs antiboises. La PNF du club est dans l'attente de la suite des évènements.

Un long voyage. Quittant le nord de la France et plus précisément le Tourcoing Handball, la jeune Marine Carette a posé ses valise à Antibes : plus de 1150 kilomètres plus au sud. La grande ailière droite de 178 cm a rejoint le projet ambitieux d'une PNF qui n'existait pas il y a dix-huit mois et qui a réalisé la saison parfaite en Départementale pour être leader au moment du confinement : promotion en Pré-Nationale. Elle aurait bien entendu préféré des débuts complètements différents dans sa nouvelle aventure mais, malheureusement, la situation sanitaire et les différentes restrictions font qu’elle n’a pu disputer que deux matchs avec sa nouvelle équipe.

Après une première défaite résultat d’un non-match lors de la première journée, le club avait laissé le choix aux joueuses de se rendre ou non le 3 octobre dans le Var, quelques jours après l'arrêté préfectoral interdisant aux sportifs majeurs non professionnels de fréquenter leur salle. "Nous voulions toutes oublier le premier match de championnat qui ne reflétait pas du tout notre niveau, ni la mentalité du groupe. Il fallait absolument aller chercher ces trois points et avec la manière. Nous avions en plus toutes en tête la course contre la montre qui nous est imposée par la Covid, on a sauvé une partie des meubles", explique la joueuse de 20 ans sur le site internet du club antibois.

Depuis, l'absence d'entraînement et l'impossibilité de jouer à domicile où dans la salle d'une autre équipe des Alpes-Maritimes, a rendu l'avancée de la saison impossible. Le couvre-feu aura rendu encore plus difficile les possibilités de séance en extérieur. Qu'en aux nouvelles mesures qui semblent se profiler d'ici quelques jours, elles vont anéantir - pour combien de temps ? - la suite de la saison. "Ce nouvel arrêt imposé a au moins l’avantage de créer pour chacune un gros manque du handball et je pense que cela va nous permettre de revenir avec les dents encore plus longues.”

Carette se retrouve, elle, dans une situation compliquée, qui pour autant ne remet en rien en cause ses objectifs. "C’est très frustrant. Arriver dans une nouvelle région, intégrer un nouveau groupe n’était déjà pas facile, c’était un challenge que j’ai plutôt bien vécu. Mais l’arrêt brutal du handball, au moment même où les liens commençaient à se faire sur le terrain et en dehors, ça c’est vraiment le plus difficile. Je reste à la fois très motivée mais à la fois très frustrée par la Covid et ses impacts sur les sports collectifs. J’essaye de m’entretenir au maximum et de continuer à garder une condition physique mais l’équipe et le handball me manquent beaucoup.”

De plus, il faut le dire, ce groupe est très hétérogène en terme de profils avec des mamans, des joueuses qui travaillent : ou les deux. Des étudiantes ou encore de très jeunes filles encore au lycée qui sortent des U18. Difficile donc de regrouper tout le monde pour des séances en extérieur commune, qui plus est depuis que le couvre-feu a été mis en place. “Nous n’avons pas eu le temps pour trouver ce genre de moment, mais malgré beaucoup de différences je pense que le groupe vise les mêmes objectifs et regarde dans la même direction. Nous parviendrons à trouver ces moments dès que cela nous sera permis pour solidifier encore davantage la cohésion d’un groupe soudé et pleins d'ambitions. C’est une équipe très hétérogène, avec des filles qui apportent de l’expérience et d’autres la fougue et la vitesse liées à la jeunesse, il y a une belle complémentarité et une envie de regagner les terrains, très vite.”

S'il y a fort parier que la saison ne reprendra pas en 2020, puisque quelle que soit l'évolution de la situation, une phase de réathlétisation sera nécessaire, elle pourrait s'articuler autour d'une phase ultra réduite pour les derniers mois jusqu'en juin pour laisser à la Ligue PACA une base minimale pour décider des montées et des descentes. Sauf si d'ici là, la saison blanche se retrouve prononcée ? La première phase de PNF sous forme de Poules à six équipes, pourrait, il faut l'espérer, aller au terme des dix journées. Si les play-offs risquent d'être abandonnés, cette première partie de saison aura t-elle les faveurs de la Ligue pour être le révélateur de la saison 2021-2022 ?

(Crédit photo : René Vinci)

Gardons le contact