Antibes doit évoluer et confirmer

Hand
Infos pratiques : 
  • 03/08/2020

Pour le moment, l'entraîneur Olivier Inghilleri a pris le soin de programmer trois matchs amicaux et comme à son habitude il a choisi des adversaires que son groupe ne va pas affronter lors de la première phase de poule.

Tout recommence ce soir pour les Antibois. Levé de soleil d'une nouvelle saison, capitale, dont l'issue devrait instaurer une virage dans l'histoire d'un groupe toujours en N1M.

Les Antibois vont débuter ce soir, comme traditionnellement, leur préparation estivale collective au Fort Carré. Les hommes d'Olivier Inghilleri, qui a choisi de ne pas revoir sa copie de montée en puissance malgré l'absence de compétition depuis plusieurs mois, arrivent à un moment charnière pour l'avenir.
 
Plusieurs garçons, qui auraient éventuellement pu arrêter, mais qui ont décidé de ne pas laisser la Covid 19 dicter leur fin de carrière, sont rejoints par plusieurs arrivées. Des jeunes, venus notamment de l'Est de la France, qui auront peut-être ouvert la voie de future profession d'agent de joueur à Thomas Saint-Voirin, mais surtout, de la hauteur, beaucoup de hauteur. Souleymane Sibidé va trouver à qui parler avec les 198 cm de Gauthier Schmitt et les 196 de Mihaï Lefter. Venu de dernière minute en provenance de la Nationale 2 du BTP Nice, Nabil Ben Khalifa ne sera pas en reste avec son mètre 88. « Nous aurons plus de cordes à notre arc, c'est sûr. On va pouvoir aborder différemment la préparation des matchs ainsi que le déroulement de ces derniers. On va se retrouver dans la position physique l'on avait il y a deux ans en Nationale 2 », narre le coach Inghilleri sur le site internet du club. 
 
La saison passée, c'est bien grâce à une force de vaincre, à un mental hors du commun et une cohésion de groupe à toute épreuve sur les Antibois s'en sont sortis, sur le terrain, sans attendre les repêchages dû à l'arrêt prématurée de la saison. Malgré sept défaites inaugurales conjuguées à une piteuse élimination dès leur entrée en lice en coupe de France chez une Nationale 3, ils ont su, face aux équipes de la première partie de tableau comme Nîmes, Chambéry ou Montpellier, récolter de gros points et être hors de la zone de relégation au moment de l'arrêt de la saison. « Comme tout le club je pense nous n'étions pas prêts mentalement pour débuter cette saison à ce niveau qui demande plus d'engagement et d'implication. Mais on a su se mobiliser pour pouvoir mettre les ingrédients qu'il fallait et donner à tout le monde un beau spectacle pour rectifier le faux départ. Il y a de grandes valeurs à tous les étages dans ce groupe », explique l'historique de l'équipe, Alexandre Audou, qui va débuter sa treizième saison à Saint-Claude, dernier dinosaure à avoir porté le maillot de son club en... Pré-Nationale. 
 
Pour Julien Denat, formé à Antibes, de retour dans la maison de son enfance il y a quelques années maintenant, le virage que prend l'effectif est fort intéressant. « Le groupe est rajeuni. L'équipe avait besoin de sang neuf pour la saison à venir mais aussi pour le long terme. On gagne aussi en quantité. On en aura besoin pour tenir la saison suivante qui sera plus longue que celle qui vient de s'achever. On aura une année d'expérience en Nationale 1 et il va falloir s'en servir pour réaliser un meilleur début de saison, afin de ne pas se retrouver dans une situation compliquée en décembre. » Alors que le premier match officiel se profile le 19 septembre chez une vieille connaissance, Draguignan, que Antibes va redécouvrir en troisième division après que les deux formations se soient jouées plus récemment en Nationale 3 et en Nationale 2, la préparation physique aura plus que jamais un rôle important. 
 
Le coach souligne que même s'il veut faire confiance à ses garçons d'expérience qui connaissent leur corps, il ne faudra rien laisser au hasard sous peine de grandes déconvenues. « Même si je n'ai pas regroupé les garçons plus tôt que d'habitude, ils ont malgré tout eu un programme à suivre en juillet. Nous verrons rapidement qui a été assidus ou non mais c'est dans leur intérêt. Il y a une vraie différence entre s'entretenir pendant le confinement et une vraie préparation physique. Le sérieux de tous sera nécessaire pour les organismes. » Et sans rentrer dans une écologisme primaire, la chaleur, de plus en plus étouffante chaque été, peut jouer un rôle dévastateur en cas d'arrivée sur un rythme de sénateur.

Gardons le contact