Le Trophée Alpes Azur-Veolia approche

Cyclisme
Infos pratiques : 

Le cyclisme maralpin retrouve des couleurs. Les 21 et 22 mai prochain, le Trophée Alpes Azur-Veolia va se tenir. Une nouvelle course où les meilleurs locaux seront présents.

Le cyclisme maralpin retrouve des couleurs. Les 21 et 22 mai prochain, le Trophée Alpes Azur-Veolia va se tenir. Une nouvelle course, toutes catégories, également ouverte aux Juniors et au Pass'Cyclisme Open. Organisées avec le soutien du Sprinter Club de Nice Jollywear par le Club Alpes Azur, ces deux étapes en ligne sont placées sous l'égide et les règlements de la FFC. Un cadre idyllique, un parcours sauvage, préservé et à l'abri de la circulation explique l'organisation. Les roues siffleront sur les routes du Parc Naturel Régional des Préalpes d'Azur, les Gorges Rouges de Daluis jusqu'en lisière du Mercantour. Ainsi, un parcours à travers les Alpes Maritimes avec une incursion dans les Alpes de Haute-Provence et avec, notamment, une arrivée en altitude, chose très rare sur des courses amateurs, au sommet de Valberg, à 1672 mètres d'altitude, les grimpeurs auront la part belle avec, le reste du temps, un parcours casse-pattes pour la course la plus ouverte possible. La première étape aura donc lieu le 21 mai, entre Vence et Valberg, sur 118 kilomètres avec la côte de Bouyon, le col de Saint-Raphaël et donc Valberg : 14.4 kilomètres à 6.1% de moyenne. Le lendemain, 104 kilomètres, entre Guillaumes et Vence avec le col de Félines, le col de Buis et la côte de Saint-Pons Coursegoules, 6.5 kilomètres à 4.7% de moyenne avec un sommet 7.5 kilomètres de l'arrivée.

En parrain, les organisateurs Christophe Menei et Laurent Elleon comptent sur le soutien de l’ancien professionnel Nicolas Fritsch (au centre). Celui qui a terminé 78e du Tour de France 2003, explique à www.magsport06.fr les raisons de son engagement. « Par la magie des réseaux sociaux, qui n'ont donc pas que des défauts, j'ai fait la connaissance de Christophe Menei (à droite) et Laurent Elleon (à gauche) il y a de cela plus de deux ans maintenant. Ces nombreux échanges virtuels mais passionnés m'ont amené à vouloir les rencontrer et ce fut chose faite en 2014 pour la première édition de la Valberg, à laquelle j'ai participé et qui m'a obligé à me ré-entrainer. » Le réel favorise ainsi des échanges encore plus profonds au sujet des convictions et valeurs de chacun. « Nous avons tous les trois la volonté de jouer un rôle dans le cyclisme, et ce à tous les échelons, y compris au niveau régional et amateur donc. Relancer le cyclisme niçois tout en mettant en avant les Alpes-Maritimes est un projet qui tient particulièrement à cœur à Christophe, et Laurent et lui ont de nombreux projets en ce sens. » 

Bien qu’à la base Fritsch n’ai pas d’attache avec notre département, il en est tombé amoureux au fil du temps, ce qui décuple son envie d’y faire bouger les choses. « Je sais à quel point le cyclisme a besoin de sa base, elle doit être forte si l'on veut une élite forte elle aussi. Le cyclisme est un sport populaire et doit le rester. Je travaille avec de nombreux pros et futurs pros - je l'espère en tout cas pour eux - en tant que conseiller sportif de mon ami agent Clément Gourdin mais je tiens à ne pas me couper de cette base, des jeunes aux cyclos en passant par les amateurs, car le cyclisme c'est aussi et surtout eux, et pas seulement le Tour de France. » Le lien était donc tout trouvé. « C'est tout naturellement que j'ai accepté d'aider Christophe et Laurent, modestement car ce sont avant tout eux qui s'investissent au quotidien, notamment en étant le parrain de leurs différentes organisations. J'ai d'ailleurs également repris une licence au Club Alpes Azur, ma première depuis... 2008. Je ne suis à présent qu'un Pass'Cyclo et je ne participerai donc pas aux courses du Trophée Alpes Azur ce week-end mais uniquement aux randonnées qui les précèderont, j'aurai ainsi l'occasion de profiter des magnifiques paysages que l'on va tous rencontrer mais que tous ne pourront pas prendre le temps d'admirer, compétition oblige. » 

A noter enfin que le plateau s’annonce particulièrement relevé. Tous les meilleurs maralpins d’origine, à l’instar d’Athané, Carlier Miquel, mais aussi les jeunes Mifsud et Champoussin, sans oublier Sylvestre, Trarieu, Tarride et autres Bonnet et Bonnefoy seront là. Sans oublier l’armada du Sprinter Club de Nice Jollywear mais aussi des garçons du Cannet-Rocheville. Du nombre et de la qualité avec un peloton où tout sera permis. Des épreuves si montagneuses, à ce niveau, sont très rares : chacun voudra profiter.

Gardons le contact