Gardella, le Sprinter masqué

Cyclisme
Infos pratiques : 
  • 16/02/2021

"On ne vit pas sur une île." Seul porteur du masque des coureurs présents sur le podium, c'est avec subtilité et humour que Florent Gardella a répondu aux chambrages distinés à le titiller sur le fait qu'on puisse voir son visage pour les photos protocolaires. 

Deuxièmes mardi de la deuxième manche des Boucles du Haut-Var, Florent Gardella et le Sprinter Nice Métropole n'ont pas manqué leurs débuts en 2021.

Au lendemain (dimanche) de la bonne seizième place de Jean Goubert lors de la première manche des Boucles du Haut-Var, où le pensionnaire du Sprinter Nice Météopole est arrivé dans le groupe se disputant la place de quatrième, Florent Gardella a bien failli déjà débloquer le compteur des NIssarts lors de la deuxième manche (lundi) longue de 129 kilomètres entre Sillans-la-Casacade et Cotignac. Gardella prend une très belle deuxième place au terme d'une course nerveuse où les Niçois n'auront jamais lâché la tête. "Pour ma part, c'était ma première course de la saison alors un podium - qui était l'objectif - c'est une belle satisfaction, même si on peut toujours faire mieux lorsqu'on ne gagne pas", réagit-il après sa course auprès de www.magsport06.fr. Désigné leader de l'équipe par les directeurs sportifs, la tactique était simple. Les Niçois devaient se glisser dans tous les coups et à l'approche du circuit final, à boucler à deux reprises, jouer la carte du regroupement si les écarts étaient raisonnables. 

Tactique parfaitement exécutée. Alors que le final se profilait, un groupe de trente hommes avait faussé compagnie au peloton avec pour seul niçois à l'avant Edouard Bonnefoix. "Il était isolé, ce n'était pas l'idéal. On ne s'est pas affolé. On a commencé à faire le forcing pour se rapprocher un peu et j'en ai mis une pour boucher le trou dans la dernière bosse. Avec d'autres équipes qui se sont mises à rouler, nous sommes rentrés à l'avant." Restait à manoeuvrer le final, très tortueux, avec une route très étroite où ne pas se trouver dans les tous premiers sous la flamme rouge était rédhibitoire. "Je me retrouve quatrième mais à moins de cinq cents mètres de la ligne, un coureur déboule à gauche pour se replacer et manque de se tamponner avec le gars qui était juste devant moi. Un gros coup de frein plus tard, je dois être sept ou huitième et je dois effectuer deux sprints, d'abord pour me replacer, puis dans la dernière ligne droite pour conclure deuxième." 

Gardella est donc seulement battu par un certain Logan Gros, 19 ans, petit-fils de Michel Gros, qui a dirigé le club actuel de son fils, Vaulx-en-Velin, entre 1982 et 1994 avant qu'il ne passe plusieurs années dans les voitures professionnelles de Festina puis Jean Delatour de 1995 à 2002. Une journée - presque - parfaite pour le Sprinter qui dispute, sans Gardella, la troisième manche ce mardi. En effet, les Boucles se disputant sur cinq jours au rythme de six coureurs par équipe et par jour, les Niçois, étant seize au total dans leur effectif, doivent tourner pour que chacun puisse s'exprimer en ce début de saison. Florent Gardella disputera les deux dernières épreuves dont la quatrième, la plus relevée de toutes puisqu'étant une Élite Nationale, les quatre autres restant au programme régional. La troisième épreuve ce mardi sera longue de 139 kilomètres et autour de Tristan Delacroix, le Sprinter aura à cœur de surfer sur cette première belle performance. 

Gardons le contact