VBSL rempile en N3M

Volley
  • 28/03/2020

Finalement, Saint-Laurent n'avait pas à s'en faire. Dans les faits, au soir de la dernière journée disputée, les équipiers de Nicolas Rémond étaient relégables. Dans l'attente donc dans un premier temps de la décision de la FFVB de stopper définitivement les championnats et de se prononcer sur les montées et les relégations. Au final, personne ne va descendre mais cela tout compte fait ne concernait pas le VBSL. « Pour l'équipe ce n'est pas tout à fait un soulagement. Nous n'étions pas réellement inquiets car on savait que Cannes, contre qui nous avions perdu sur le terrain, avait fait jouer des joueurs qui dans le règlement ne pouvaient pas être alignés », explique le joueur à www.magsport06.fr. 

« De plus, si jamais la saison n'avait pas été arrêtée, on savait que notre niveau de jeu était meilleur et nous devions encore affronter quelques équipes que nous savions à notre portée. » Quoi qu'il en soit, les Laurentins joueront toujours en Nationale 3 la saison prochaine. « Bien entendu nous sommes contents de garder notre place en cinquième division mais nous aurions tous préféré aller au bout du championnat et se maintenir sur le terrain. » C'est donc à la huitième place que termine l'équipe du coach Michel Desmet, à quelques encablures d'un ventre mou assez homogène.

Place maintenant à une bonne demi-année civile de trêve. « Extrêmement long. La reprise de la saison 2020-2021 sera donc très attendue par tout le monde, je pense que ça va augmenter le niveau de jeu général. La période de préparation sera très importante en terme de niveau mais aussi pour éviter toutes blessures. » Il est à noter également que le championnat actuel compte onze équipes. Mais, comme la FFVB a choisi de ne faire descendre personne, on risque de passer à un minimum de douze ou treize équipes avec les montées de Pré-Nationale. 

Un championnat bien plus long s'annonce donc et, plus que jamais, il faudra savoir tenir sur la longueur et après une coupure aussi longue, l'improvisation risque de se payer cash dans les moments cruciaux. « Le point positif est pour le beach. Je pense que beaucoup de licenciés qui n'en faisaient pas vont s'y mettre dès le confinement terminé car le volley va nous manquer. » Et puis, on le sait, l'été dernier, le groupe Laurentin a beaucoup bougé et c'est l'une des raisons principales du début de saison loupé avec sept défaites lors des huit premières journées. Il faut maintenant savoir si ce groupe va s’aligner sur une certaine continuité où si les lignes vont à nouveau beaucoup bouger. Réponse dans les semaines à venir.

(Crédit photo : Michael Toffolo)

Gardons le contact