R2M : Les Baous ont succombé à la raclette

Basket
  • 13/01/2021

Victoire de 23 points à Cagnes-sur-Mer, puis de 42 points à domicile face à Sophia et enfin 41 points à Draguignan. Tout le monde se souvient du début de saison fracassant des Baous en début de saison sur les trois matchs que l'équipe de Eric Longin a eu le temps de jouer en Régionale 2. Officiellement, depuis il y a quelques semaines et la publication d'un nouveau calendrier mis en place par la Ligue PACA, le prochain match doit se jouer le 20 février prochain à Menton.

Mais, désormais, depuis hier, nous savons que les chances de voir cette journée se disputer en temps et en heure est quasi-nul, avec un nouveau report du retour en salle des seniors amateurs. Malgré tout, l'entraîneur Eric Longin veut rester positif et croit en une reprise, même tardive. "Je me laisse jusqu'à fin février pour voir si réellement on a encore une chance ou non", explique t-il à www.magsport06.fr. "Chez nous, c'est rideau depuis environ deux mois. Il ne se passe rien. Pour être franc, je ne vois pas trop ce que je peux leur demander à part courir un peu pour garder du cardio mais avec ce couvre-feu de 18h00 ça n'a rien d'évident et ça ne vaut pas un touché de ballon. On s'est bien revu fin décembre, mais c'était plutôt autour d'une raclette (rires)."

Menton le 20 février ? Longin n'y croit pas une seule seconde. Pour plus tard ? Il laisse encore le temps au temps. "Je dois avouer être un peu de dans le néant. On est un peu à un moment charnière. Si effectivement, fin février ou début mars, rien ne s'est amélioré, alors je pense que malheureusement il faudra tirer un trait définitif sur la saison et se concentrer sur septembre 2021 même si pour l'instant on a pas encore parlé de la saison prochaine avec les garçons. On se laisse encore du temps, mais je suis persuadé que nous garderons la même équipe car le début de saison était extraordinaire pour un petit club comme le nôtre." Leader d'un championnat très hétérogène, quelle valeur peut donner à son trône les Baous ? Eux, ont joué et gagné trois matchs. Aux opposés, Draguignan en a disputé cinq - pour une seule victoire - et Sophia une unique journée disputée. "Il faudrait qu'on réussisse, à minima, à finir la phase aller. Mais les week-ends commencent à défiler. Ce sera très compliqué voir impossible. Et puis jouer une montée sur onze matchs au lieu de vingt-deux, je n'en suis pas fan. Si nous avons la chance de finir premier, je n'aurai pas l'impression d'être champion. Ce que je veux, c'est monter en Pré-Nationale sur le terrain et ne pas avoir un titre au rabais ou galvaudé."

La situation est à la fois simple et très floue : attendre.  Tout en essayant de penser à l'avenir notamment ce qui pourrait être un jour une réalité, un passeport vaccinal pour retrouver une vie normale dont une pratique sportive collective en salle. La position de l'ancien joueur de la Nationale 3 du Stade Laurentin est claire. "On ne peut forcer personne à se faire vacciner si les concernés ne le veulent pas. Si cette condition est mise en place, tu vas à l'encontre des libertés. Je ne suis pas pour. Le meilleur moyen resterait encore un protocole sanitaire renforcé avec un test chaque semaine pour éviter un maximum de cas positifs."

(Crédit photo : Jean-Luc Capitaine)

Gardons le contact