PRF : Bonelli et Grasse espèrent rejouer cet été

Basket
  • 21/01/2021

Entraîneur de la Pré-Régionale Féminine de Grasse, Jérémie Bonelli est entré dans un processus de deuil de la saison 2020-2021. Son unique obsession, une première grande victoire, serait, déjà, de retrouver un jour la salle. 

Jérémie, quel est aujourd'hui ton état d'esprit ?

Je suis assez désabusé de la situation actuelle. On fait un pas en avant pour trois en arrière. On autorise les jeunes à s'entraîner en intérieur, pour les remettre dehors deux semaines plus tard. Avec le vaccin et une meilleure connaissance du virus, on se dit qu'on va vers de meilleurs jours et nous voilà sous le glas d'un éventuel confinement dû à une nouvelle souche...

Il faut prendre son mal en patience ?

Je prends les choses au jour le jour, dans l'attente d'un éventuel feu vert pour reprendre le chemin des parquets. Je ne me fais pas trop d'illusions pour le championnat cette année, à moins de faire une Summer League, si la situation le permet éventuellement. Mais au moins pouvoir reprendre des séances régulières d'entraînement en salle serait déjà une belle victoire.

Ton attitude auprès des filles ?

Je laisse mes filles gérer cette situation à leur façon en prenant des nouvelles de temps à autre. À la demande de certaines joueuses j'ai envoyé quatre programmes de prépa physique à effectuer en rotation. Le moral semble être bon, mais on sent l'empressement de pouvoir retoucher le cuir. Mais tant que les choses ne se sont pas stabilisées, que les filles ne peuvent pas s'entraîner correctement en salle, il est inutile de commencer à parler de championnat. Ça serait se faire du mal pour rien.

Tes espoirs pour 2021 ?

Si on nous fixe une reprise du championnat début mars, cela va donner de l'espoir, ce qui est bon en soi. Comme, en novembre, lorsque nous avons eu la date, avortée, du 20 janvier. Mais si, à nouveau, ça tombe à l'eau, l'impact devrait être néfaste. Pour le moment, on ne maîtrise pas ce virus et, je le redis, je pense qu'on devrait tous se concentrer sur un retour en salle, retrouver le contact et les entraînements. Le championnat ? Ça se passera après.

Gardons le contact