Pierre de Marchi a hâte que ça commence

Basket
  • 17/09/2020

Samedi soir, dans le contexte particulier d'un match à huis clos, l'historique derby entre Saint-Laurent du Var et Cagnes-sur-Mer va se dérouler et marquer le grand retour, sur le banc de l'USC, de Pierre de Marchi dans ce championnat Nationale 3.

Ce dernier ne cache pas, ce qui sera sans doute le cas de bon nombre de ses adversaires et en premier de Saint-Laurent qui a suspendu un temps ses entraînements en raison d'une suspicion de Covid, que son groupe n'est pas au niveau espéré au terme de la préparation. « Elle fût somme toute très spéciale, le contexte ayant fortement perturbé mon programme. Il n'y a pas de secret : nous aurons bien évidemment des manques dans plusieurs domaines », explique le technicien à www.magsport06.fr. Malgré tout, cela n'a pas empêché les recrues de se faire une place de choix au sein du groupe. « Elles n’ont eu aucun mal à s'intégrer dans l’effectif; pour certaines ce fût un retour aux sources et pour les nouvelles elles ont bénéficié de la bienveillance des joueurs de l'an dernier. »

Le huis clos offrira bien entendu une sauver particulière à ce match. Une situation qui peut, peut-être, donner un certain avantage aux visiteurs ? « C'est sportivement on ne peut plus décevant mais bien évidemment compréhensible et logique à la vue du contexte actuel. Mes joueurs et moi-même aurions apprécié jouer dans le chaudron Laurentin. C'est ce qui fait tout le charme de ce derby. Après et malgré tout, il y a un match à jouer et si mes joueurs sont encore perfectibles dans divers domaines de jeu, pour sûr ils ne le sont pas dans leur motivation à l'approche de ce début de championnat. Enfin, je dois bien admettre que jouer ce derby dans ces conditions est inédit pour ma part et paradoxalement très excitant ; j'ai hâte d'y être. »

Coup d'envoi à 20h00 pour un championnat qui s'annonce tant indécis que passionnant et qui a déjà débuté car samedi dernier Saint-Chamond a envoyé un signal en battant nettement la CTC Lyon sur la marque de 91 à 78. La réponse à venir des rivaux...

(Crédit photo : Juliette Benard)

Gardons le contact