N3M : Cagnes patiente avec un succès en poche

Basket
  • 10/11/2020

La Nationale 3 de Cagnes-sur-Mer aura eu le temps de jouer trois matchs de championnat dont un, très tard, le 17 octobre, soit plus de deux semaines après la mise en place de l'arrêté préfectoral, interdisant aux seniors de s'entraîner en salle. Ce match s'était joué à Monaco, le Rocher n'étant pas régit aux mêmes prérogatives que l'hexagone.

A ce moment là, voilà quinze jours que les Cagnois de Pierre de Marchi s'entraînaient en extérieur. "Nous avons décidé de faire des séances en deux parties", explique son adjoint Sébastien Coanus à www.magsport06.fr. "La première avec du renforcement musculaire et une montée en cardio, une sorte de crossfit, où l'on a pu travailler les différentes parties du corps. La seconde partie avec du basket et beaucoup de jeu pour trouver des automatismes." Dès l'annonce du confinement et donc de l'interdiction de se réunir en extérieur pour s'entraîner, le staff a envoyé à ses joueurs une séance à réaliser toujours dans le registre du crossfit. "A défaut de jouer les joueurs vont garder un rythme mais aussi du renforcement musculaire. Pour eux, je ne suis pas un adepte du footing qui ne correspond pas à l'effort d'un joueur de basket. Ma priorité est de les faire travailler leur renforcement musculaire pour attaquer avec le ballon dès la reprise."

Pour le groupe Cagnois, ce temporaire arrêt de la compétition est une déception tant ils étaient en train de prendre de bons repères dans le jeu défensif et offensif. De plus, Sébastien Coanus appuie que, malgré les deux premières journées perdues, l'ambiance au sein du groupe n'a jamais emprunté un chemin négatif. "Les joueurs sont conscients du travail réalisé et à fournir pour gagner. Si nous n'avons pour le moment joué aucun match à domicile, il faut d'abord assurer la santé et le bien être de chacun des acteurs du sport même si j'avoue que le terrain manque beaucoup. On attend de savoir si la saison reprendra. Moi je le pense, je l'espère. Il faudra être prêt à gagner nos matchs peu importe le nombre que l'on fera. Si possible avec un public. Le derby à Saint-Laurent du Var n'avait vraiment pas la même saveur à huis clos."

Pour Jimmy Recoura, joueur de cette équipe depuis tant d'années maintenant, le temps est long et pénible. "C'est mort complet. Déjà que c'était compliqué en octobre en extérieur, là hormis de l'entretien à la maison, nous sommes condamnés à rester à la maison et surtout à ne plus nous retrouver. Avec les garçons, on ne s'attend pas à reprendre avant janvier. Notre victoire contre Monaco nous a fait du bien. Il faut dire qu'on est arrivé chez eux sans aucune pression. Même s'ils étaient diminués, eux s'entraînaient en salle. Nous dehors. Du coup, on avait rien à perdre. On savait que tactiquement on ne serait pas parfait. On a réalisé un match solide en se battant jusqu'à la fin et contrairement à nos deux défaites, ça a payé cette fois-çi." Déçu et frustré de ne pouvoir s'entraîner, même en extérieur, alors que la dynamique se lançait, Recoura passe le temps donc avec les séances de Sébastien Coanus pour garder la forme.

Si une vraie saison débute début 2021, les équipes qui s'en sortiront le mieux seront assurément celles qui tant physiquement que psychiquement auront le mieux traversé cette nouvelle pause.

Gardons le contact