N3M : Antibes, comme si de rien n'était

Basket
  • 12/12/2020

Une légende urbaine prédit un retour en fanfare des Antibois. Excellents les semaines qui ont précédé le premier confinement en mars dernier, les hommes de Benjamin Paviani ont connu un début de saison - avant le second confinement - bien plus délicat avec trois défaites en autant de rencontres. Un dernier voyage à Saint-Vallier le 3 octobre mais depuis les Antibois ne sont pas à l'arrêt comme la grande majorité des équipes de la Nationale 3. "Nous sommes un centre de formation et donc toute mon équipe est considérée comme des athlètes de haut niveau. Nous ne nous sommes jamais arrêtés", explique Paviani à www.magsport06.fr. "On en profite pour ajouter des séances d'entraînements notamment physiques et techniques pour continuer à développer les joueurs individuellement." 

Benjamin Paviani rappelle que son groupe est composé, pour moitié, de U18 qui sont là avec le double objectif de l'obtention du BAC et de la progression sportive. "Ils veulent se donner un maximum de chances de devenir professionnels. C’est donc en suivant cette trame là qu’on peut les pousser à s’investir tous les jours dans ce qu’ils font." Les plus anciens, les U21, sont soient déjà intégrés aux entraînements du groupe professionnel et doivent mériter leur place chaque jour, ou alors gardent en ligne de mire le haut niveau. "Malgré tout, rien ne remplace la compétition et l'absence de championnat et d'objectif de week-end en week-end commence à manquer. Pour compenser, le staff organise des matchs amicaux internes pour essayer de garder de l'intensité."

Alors, puisqu'ils n'ont pas coupé, faut-il attendre un rebond légitime et inévitable des Antibois. Plusieurs entraîneurs le pensent. Si les matchs viennent à s'enchaîner à partir du 13 février, Antibes sera t-il vraiment au dessus sans jamais avoir coupé alors que les autres auront repris en salle depuis seulement trois semaines ? "La seule chose que je peux dire, c'est que pour le moment on en est à 0-3. Le but est de faire mieux pour se maintenir : ce sera le minimum. Nous vivons dans une saison beaucoup trop incertaine pour penser quoi que ce soit. On ne sait pas combien de matchs nous allons jouer ni avec qui, contre qui et dans quelles salles. Encore plus vu l’homogénéité de notre poule, je ne fais aucun pronostic, il faudra juste faire au mieux avec les conditions qui nous seront données..."

(Crédit photo : Juliette Benard)

Gardons le contact