N3F : Dalmasso veut protéger ses joueuses

Hand
  • 04/12/2020

Dalmasso, entraîneur de la Nationale 3 Féminine du Pays de Grasse ASPTT, commente les dernières nouvelles au sujet du calendrier avec une obsession : l'intégrité physique et morale de ses joueuses.

Jean-Christophe, les semaines doivent te sembler bien longues avec ton groupe N3F. Comment entretenir la flamme ?

On essaie de maintenir un lien via des challenges de renforcement en visio. Mais ça a ses limites. J'explique aux filles qu'il est important de se maintenir en forme et de rester connecté avec le sport, le bien être et la santé.

On en sait un peu plus depuis quelques jours au sujet de la reprise avec, aux dernières nouvelles officielles, la salle le 20 janvier et quinze jours plus tard le championnat...

Je trouve que les instances vont nous faire reprendre beaucoup trop tôt. La trêve a été beaucoup trop longue pour se permettre en toute sécurité de reprendre. Il nous faut plus de temps pour la ré-athlétisation. Je pense qu'il faudrait un minimum de six semaines pleines. Pour moi, si on reprend la salle le 20 janvier, on ne peut pas reprendre le championnat avant fin février voir début mars. Du coup, je pense que la saison blanche aurait pu être évoquée.

Au-delà du physique, faut- il faire preuve de beaucoup de psychologie ?

Il faut être, nous les entraîneurs, très présents auprès des joueuses pour ne pas les perdre mentalement. Dans le sens où, depuis mars, c'est très compliqué et on pourrait assister à une certaine lassitude. Mais notre rôle est justement de les protéger. Nous sommes sur du niveau senior avec des mamans, des étudiantes, d'autres dans la vie active etc... J'ai peur qu'on veuille faire trop vite et mal et donc de créer d'autres soucis comme de graves blessures qui pousseraient certaines à une sorte de troisième confinement mais cette fois à cause de problèmes physiques ce qui les priveraient à nouveau d'activité physique avec tout le plaisir et l'épanouissement qui va avec.

On peut malgré tout compter sur une équipe grassoise conquérante pour faire vite oublier la défaite en première journée ?

On sera prêt à tout donner et à se battre comme on l'a toujours fait pour montrer qu'au PGHB le projet féminin se met peu à peu en place. Mon groupe est sain, s'entend très bien et je sais que je peux compter sur elles pour se mobiliser très vite sur un laps de temps très court. Notre première défaite n'est qu'un problème comptable et ne remet pas en question la préparation réalisée par le groupe. Seulement, je déplore la manière avec laquelle nous avons abordé cette rencontre. Ce ne fut pas la bonne et ça ne se reproduira plus.

Gardons le contact