N2F : Ghio et Antibes inquiets mais pas coulés

Hand
  • 22/10/2020

Quelques heures avant que le couvre-feu de 21h00 qui entrera en vigueur dans deux jours ne soit mis en place dans les Alpes-Maritimes, Laurent Ghio, l'entraîneur de la N2F d'Antibes, s'est exprimé sur le site internet du club sans filtre.

Privé de salle depuis presque un mois et contraint, comme beaucoup, de s'entraîner en extérieur, au milieu des différentes conditions météorologiques - pluie et vent - qui écourtent les séances, il s'inquiète pour l'intégrité physique de ses filles. “Les parties de ballon reste le côté fun des soirées. Mais elles passent plus de temps à courir et faire des sprints. A choisir, elles auraient dû prendre une licence d'athlétisme cette saison. On fait comme on peut mais avec moins de motivation. On garde à l'esprit qu'il faudra éviter toute blessure lors de la reprise. Les décideurs, derrière leur bureau, pensent que les filles seront capables de jouer le week-end qui suivra la reprise des entraînements. Quand on connaît l'exigence de notre sport, dans les appuis, les contacts, le niveau cardiaque etc… On les emmène directement à l'abattoir. J'espère qu'il y aura une prise de conscience dans ce domaine."

Il prend notamment en exemple différente hécatombe qui commencent à fleurir ici et là dans les clubs professionnelles, Nantes pour ne citer qu'eux sans oublier la grave blessure de Nikola Karabatic. "Je parle du milieu professionnel, avec des médecins, des kinésithérapeutes et des préparateurs physiques et surtout pas un travail à côté.” L'évocation, dans les colonnes mardi soir, du flou qui règne actuellement, vient donc d'être renforcé par l'iminence du couvre-feu qui va rendre en plus difficile les rassemblements sportifs, même en extérieur, car chacun devra être chez soit à 21h00. "On est tous impatient de reprendre normalement. Mais il nous manque un cap pour se fixer sur l’avenir. C'est difficile de projeter des choses quand on est dans l'incertitude. On se prépare à reprendre, on planifie une séance et le jour même on apprend qu'on ne peut pas s’entraîner…”

Rappelons qu'Antibes n'a eu le temps de ne disputer qu'un seul match, c'était le 26 septembre dernier à Saint-Claude pour une défaite 25-33 contre la réserve de Cannes-Mandelieu. Il semble difficile de prétendre à jouer à nouveau en 2020.

(Crédit photo : René Vinci)

Gardons le contact