Jérémy Chaix : « Ne pas brûler les étapes »

Basket

Vence jouera toujours la saison prochaine en Pré-Nationale Féminine et une partie du groupe s'est réunie samedi autour de son entraîneur pour un grand bol d'air frais.

Jérémy, comment le coach que tu es a t-il vécu le confinement ?

Il a été long et les terrains nous manquent. Comme l'a fait le monde du sport en général, il était important que nous montrions l'exemple en respectant les consignes, aussi drastiques qu'elles aient pu sembler. La FFBB a mis en place une plateforme de contenus et d'échanges avec les coachs de haut niveau et c'était une bonne occasion d'augmenter ses connaissances.

Le confinement levé, tu as donc retrouvé plusieurs de tes filles samedi au Baou des Blancs de Vence. Un moment important ?

Nous avons conservé les liens à distance et nous avions hâte de pouvoir nous rassembler à nouveau. L'objectif était à la fois de se regrouper et de profiter du grand air. Passer un bon moment ensemble simplement.

Sur un plan plus moral et psychologique, quel était le but de cette sortie ?

C'était l'occasion de prendre un peu de hauteur, au sens littéral et figuré. Le basket est ce qui nous rassemble, mais ce n'est pas la finalité. Les liens que nous tissons au sein de l'équipe, du club, et les moments que nous partageons ensemble sont bien plus importants que le travail fourni sur le terrain. Ils sont aussi indispensables à la performance que l'entraînement physique, technique et tactique. Tout le monde se tient en forme mais il faudra tout de même compenser cette longue période de coupure par une préparation adéquate. Ne pas brûler les étapes...

L'avenir ?

Nous attentons de pouvoir accéder à nouveaux aux terrains : au moins extérieur. La priorité sera de rééduquer les corps par un programme individuel, puis collectif. Je pense qu'il faudra aussi passer par une longue période de fondamentaux individuels, qui ne sera que bénéfique pour tout le monde avant d'entrevoir une possibilité de compétition.

Il ne faudra rien improviser...

Cette intersaison n'est pas anodine et j'invite tous les entraîneurs à se rapprocher de nos instances fédérales, qu'elles soient locales régionales ou nationales. Nous avons en France de nombreux acteurs de la préparation physique, mentale et technique qui partagent leur expérience pour être sûr que notre sport puisse redémarrer dans les meilleures conditions.

Gardons le contact