Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Handball : Ondono veut se relancer

Ecrit par Martial Hespel

La jeune pivot fait son retour à Antibes, en Nationale 2, après une saison difficile mais enrichissante en D2F.

Après une seule saison, chaotique, passée en D2F à Cannes-Mandelieu, la pivot Opélia Ondono a fait le choix de retrouver son ancien club, Antibes, en Nationale 2. Sur le site internet du club antibois, elle évoque son envie de se relancer à Saint-Claude avec l’ambition de se servir de cette expérience à haut niveau en l’appliquant au mieux en Nationale 2.

Opélia, quel bilan tires-tu de ta saison en D2F à Cannes ?

Ce fut une année très particulière avec la Corona. Mais très intéressante. Nous n’avons joué qu’un match en septembre. On s’est arrêté, puis nous avons pu reprendre l’entraînement en décembre et le championnat en janvier avec très vite un changement d’entraîneur. C’était ma première expérience à ce niveau et je peux dire que c’est dur autant physiquement que mentalement. Jouer le maintien, dans ces conditions, était usant, avec aussi de très longs déplacements. On a traversé la France en diagonale avec toutes les restrictions que l’on a pu connaître comme les restaurants fermés etc… Il a fallu s’organiser, le staff a bien géré la situation et moi je reviens à Antibes avec beaucoup plus d’expérience.

Qu’as-tu appris en D2F ?

Physiquement, c’est très costaud. En tant que pivot, avec mon physique, j’étais plutôt à mon avantage en Nationale 2. En D2F, c’est complètement différent. Niveau physique, c’est du lourd et à tous les postes et même les remplaçantes. Un coach peut mettre n’importe quelle fille sur le terrain, ça ne fait pas baisser le niveau du groupe. Du coup, il faut vraiment défendre en collectif. J’ai vraiment pris conscience de ça. Tu fais partie intégrante d’une chaîne où chaque décision que tu prends, en défense, va complètement impacter le fonctionnement de l’équipe. Pour mon retour en Nationale 2, ça va beaucoup me servir. C’était incroyable. Je suis très contente d’avoir vécu cette expérience à Cannes, mais je suis très heureuse de revenir à Antibes.

Aucune place à l’improvisation ?


Oh non ! Tu apprends beaucoup car en D2F, à la moindre faute grossière, le coach te sanctionne directement. Le phénomène s’est amplifié cette année avec les huis clos. Lorsque tu te faisais sortir et engueulé, tout le monde était au courant (rires). En Nationale 2, tu vas avoir un peu plus ta chance. J’ai appris des choses en D2F mais j’ai finalement peu joué et je veux aussi retrouver de la confiance et du plaisir. Physiquement, il faut encore se développer pour tenir sur la durée en termes de cardio. On en a encore plus conscience en deuxième division. Même si tu rentres cinq ou dix minutes, tu dois tout de suite être au niveau des autres. Dès le premier mouvement. Alors qu’en Nationale 2 tu as souvent une ou deux actions pour te mettre dedans. La D2F c’est très fort à tous les postes.

De retour à Antibes avec l’envie de vivre une saison normale et de tout casser ?


J’ai hâte de retrouver l’équipe, la salle et l’ambiance. Je suis partie lorsque nous avons fini 3e du championnat. Nous ne sommes vraiment pas passés loin de la montée. Je me souviens des Nuits du Handball, dont une contre Toulon, c’était très intense, cette sensation, pour une fille de mon niveau qui n’est pas professionnelle, que tu ne connais qu’une seule fois dans ta carrière. Le groupe n’a pas beaucoup changé et je retrouve des filles comme Noémie ou Maë que je connais très bien depuis plusieurs années pour avoir vécu des sélections en Comité avec elles. On a grandi ensemble. Je les apprécie beaucoup. J’espère que l’on pourra compter sur un public nombreux. Le huis clos, c’est vraiment particulier. Le public, c’est autre chose, cela te donne une autre énergie.