ETM : Antibes aurait préféré pouvoir enchaîner

Hand
  • 10/11/2020

Comme toutes les équipes de la Poule 1 de l'ETM - hormis Saint-Martin du Var qui était exempt lors de la première journée - Antibes n'a disputé qu'un match de championnat, c'était à Vence, le 26 septembre. Une défaite d'un qui n'a pour le moment pas pu être rattrapée.

Pour l'entraîneur Bruno Paolini, qui a succédé à Thierry Coilot, aujourd'hui sur le banc de la PNF de Grasse, c'est un grand pas en arrière et une immense frustration. "C'est difficile car j'ai travaillé dur pour monter cette équipe. Notamment pendant le premier confinement. J'ai réussi à avoir du monde, mettre en place quelque chose de vraiment pas mal pour finalement se retrouver dans la situation actuelle", confie t-il sur le site internet du club antibois. Pourtant, tout ne s'est pas arrêté en octobre. La piste du Fort Carré a vu les coéquipiers de Jérôme Lopes être foulée une fois par semaine. La Pré-Nationale de Fréjus a aussi accueilli plusieurs fois les Antibois pour des matchs amicaux. La période couvre-feu fût ainsi passée de façon correcte, avant l'arrêt total des événements. "Ce qui est dommage, c’est que j’ai un groupe tout nouveau et qui est très hétérogène en terme de profil. J’ai besoin de les avoir ensemble pour créer une vraie cohésion de groupe et la salle, pour ça, manque beaucoup."

Pour la suite, Bruno Paolini, dans ce flou total, n’aspire qu’à une chose, pouvoir faire jouer un maximum ses joueurs. “Même s’ils faut jouer pendant les trêves traditionnellement destinées aux vacances scolaires, ou alors caler beaucoup de matchs dans un restreint laps de temps, il faut le faire. Un joueur de handball est fait pour jouer. Se retrouver en extérieur c’est bien, mais ça va devenir usant pour les garçons d’avoir toujours le sentiment de devoir reprendre une préparation physique. C’est justement à eux actuellement de ne pas couper complètement pendant le confinement pour gagner du temps.” A ses joueurs d'entendre le message !

Gardons le contact