Elite F : Monaco et Da Moura veulent profiter

Volley
  • 20/01/2021

Ce samedi, l'Elite Féminine de Monaco va jouer une partition importante pour l'avenir. Un succès contre Harnes placerait plus que jamais les équipières de Célia Da Moura en embuscade pour une qualification en play-offs.

Célia, Monaco s'est incliné le week-end dernier à Rennes en cinq manches alors qu'à l'aller vous les aviez parfaitement muselé en trois manches...

Le contexte n'est pas le même. Notre deuxième centrale, Amélie Lautric, s'est gravement blessée au genou lors du dernier entraînement avant Rennes. Nous avons donc dû jouer avec une ailière au centre et qui a accompli sa mission, notamment en marquant plusieurs blocs aux adversaires. Et puis, Rennes, c'est solide à la passe et à la l'attaque avec, notamment, leur pointue qui sera aux JO de Tokyo avec l'Argentine. Il faut souligner qu'en début de saison elles ont eu des problèmes de mutées ce qui leur a fait perdre des points Elles ne sont probablement pas à leur place au classement. Nous les avons poussées jusqu’au tie-break et avons remporté un point précieux.

Entre un match contre Nîmes le 19 décembre et le 9 janvier Halluin la trêve fût courte et il a fallu placer le bon curseur entre profiter des proches mais se protéger pour ne pas compromettre la fin de saison ?

Nous avons profité de cette coupure. C’était important de souffler et de voir nos proches surtout en cette période de restrictions sociale et familiale. C’était aussi important de recharger les batteries car en ce début d'année nous avons à enchaîner des matchs difficiles !

Deux très gros matchs se présentent contre Harnes puis Quimper, comment les préparer ?

Nous perdons une joueuse talentueuse de notre effectif. Pour le moment nous sommes en train de rechercher un possible Joker médical à son poste. Je lance d’ailleurs un appel, si une centrale nous lit et est intéressée qu'elle n'hésite pas à contacter le club ! Quoiqu’il advienne, il faudra encore s’adapter. Ce n’est pas facile mais nous sommes un collectif qui a beaucoup de ressources techniques et mentales. Nous avons toujours le même objectif à savoir aller chercher trois points à chaque match et nous abordons les compétitions avec toujours cette envie de bien faire. 

L'équipe a-t-elle conscience d'avoir beaucoup de chance de continuer de pratiquer son sport ?

Nous sommes ultra privilégiées. En tant qu'équipe professionnelle nous continuons les entraînements et la compétition. Une chance inouïe. Nous avons eu très peu de reports ou d’annulations. On vit une saison presque normale à la différence importante que l'on joue à huis clos et c'est bien dommage. Dans le fond, malgré les pépins, nous relativisons énormément et tant que nous serons six sur le terrain nous jouerons notre championnat à fond. On pense souvent à toutes les équipes à l’arrêt : c’est difficile de ne pas pouvoir pratiquer son sport. Le sport est important pour la santé, l’équilibre et les interactions, en être privé est très difficile.

L'avenir ? Le championnat est-il certain d'aller à son terme ? Il n'a jamais été inquiété lors le deuxième confinement où les différents couvre-feu...

Personnellement, je ne fais pas de supposition sur l’avenir, je vis et profite au jour le jour. Nous ne sommes pas à l'abri d’un arrêt prématuré, c’est pour cela que l’on garde à l’esprit que chaque point, chaque set et chaque détail comptent, cela aura son importance à la fin de la saison. De toute manière, nous n’avons pas d’autre choix que de rester positifs et espérer pouvoir rapidement retrouver une vie normale. 

(Crédit photo : Photo Rallier)

Gardons le contact