D2F : Cannes va jouer au quitte ou double

Hand
  • 11/02/2021

"Nous avons été agressives du début à la fin en étant toujours présentes. On a jamais lâché et même si nous avons eu un coup de moins bien en début de seconde période, on est resté solidaire." Voici les clés de la réussite pour Louise Cavanié, demi-centre et ailière gauche de la D2F de Cannes-Mandelieu. Le groupe, entrainé depuis quinze jours par Stéphane Sédano suite à la mise à l'écart de Jelena Popovic, a gagné samedi dernier son premier match de la saison à domicile contre Vaulx-en-Velin (27-24)

Un succès qui compte double car les Maralpines pourraient retrouver les Lyonnaises en play-downs. Les résultats des confrontations directes étant conservés en seconde phase, ce succès était capital. "Tout commence à bien se mettre en place et je pense que le meilleur va arriver. Cette victoire, on la mérite. A nous de continuer à rester soudées pour aller vers le haut", poursuit Cavanié. 

Le haut ? Sédano ne demande rien d'autre que le maintien. Si le club doit, un jour, voir plus haut, il faut d'abord se sortir du bourbier de la situation actuelle par le moins de dégât possible. "L'unique objectif, c'est le maintien. Rien d'autre. Cannes-Mandelieu doit rester en D2F. On lance une bonne dynamique et on doit continuer à donner le maximum. Il ne faut pas hésiter à se lâcher malgré les échecs. Ce match conforte tout ce qui a été mis en place durant la semaine. Quand il y a un changement de coach, on ne peut pas tout changer d'un coup de baguette magique, on y va étape par étape et quand tout se conjugue bien, on ne peut être que satisfait."

La victoire face à l'ASUL était impérative puisque Cannes va, lorsque le classement sera à jour, se voir retirer un point, celui de la défaite du match aller du 16 janvier en raison d'une erreur administrative. Ainsi, si sur le classement que nous publions l'ASCMHB affiche sept unités, il n'en est rien, avec officiellement six au compteur. "Samedi j'ai vu beaucoup de solidarité avec un engagement excellent des filles. On doit conserver cette ligne car avec ce point de pénalité on va devoir cravacher. Il va falloir le rattraper quelque part, on a pas le choix. Les autres clubs ne doivent pas compter sur nous pour baisser les bras."

Pour s'en sortir, Cannes va devoir encore, notamment, progresser sur la gestion des temps faibles et des forts et afficher plus de réflexion sur certains choix. Si Sédano va presque tout miser sur l'insouciance et la vitesse de son jeune groupe, il faut éviter la précipitation. "Le groupe est jeune et il ne doit pas douter ! Mais tout ça, c'est du discours car ce dernier match, il fallait absolument le gagner, pour la survie de l'équipe à ce niveau, c'était presque vital !" 

Samedi, nouvelle réception, une toute autre opposition, celle de Bouillargues, troisième. Sédano ne s'en cache pas - peut-être avec un excès de modestie - ce sera pour lui un match de travail même s'il avoue ne pas être contre un exploit. "C'est un gros morceau (...) mais avons ciblé nos concurrents directs." Il est vrai que par la suite, les oppositions face à Clermont, Saint-Junien ou encore Le Pouzin, seront bien plus capital. Quitte ou double. Et si un résultat contre Bouillargues retirait toute la pression du monde ?

(Créfit photo : Mickael Toffolo)

Gardons le contact