Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Basket : Petrovic, fin de carrière ?

Ecrit par Martial Hespel

Si sa décision n'est pas définitive, son départ de la N3M de Menton pourrait accélérer la fin de sa carrière. Veljko Petrovic se livre à notre média.

Sans être complètement chamboulé, l’effectif de la Nationale 3 de Menton va connaître quelques mouvements notables avec plusieurs départs dont celui de Veljko Petrovic.

Celui qui vient de boucler sa quatrième saison au MBC, dont une bonne partie de son passage a été tronqué par le Covid, dévoile à www.magsport06.fr les raisons de ce changement, peut-être définitif, dans sa carrière. « C’est une décision mutuelle. J’habite à Cannes et il devenait difficile pour moi, à bientôt 36 ans, avec deux petits enfants, de voyager. Ces quatre années de déplacements m’ont épuisé. Ça commençait à être compliqué. Le club souhaitait signer un nouveau joueur étranger mais le quota légal dans les règlements était atteint. Finalement, nous avons convenu qu’il est dans le meilleur intérêt pour chacun qu’on se sépare ici. »


Quant est-il de la suite de sa carrière ? S’il n’a pour le moment pris aucune décision définitive, il n’exclut pas de ranger définitivement ses baskets. « J’ai déjà refusé quelques offres en Pré-Nationale et je n’avais pas beaucoup de choix en Nationale 3. Je me sens un peu fatigué et très franchement, aujourd’hui, la motivation n’est pas là. Je ne veux pas signer pour quelqu’un si je ne suis pas prêt à jouer. Aujourd’hui, je suis dans une optique d’année sabbatique et nous verrons plus tard mais, avec mon âge, c’est peut-être la fin. »


S’il reconnaît avec honnêteté que ses statistiques offensives, à Menton, ont été les plus basses de sa carrière, il quitte le Careï avec l’esprit rempli de souvenir positifs. « Le club, les dirigeants, l’organisation, les coéquipiers, tout était parfait. Je reparlerai de mon passage à Menton avec le sourire. Sportivement, je pense que nous aurions pu faire mieux collectivement, mais aussi individuellement. Je suis arrivé au club au moment où je suis devenu papa. Allier les deux rôles n’a pas été simple.« 

« Et même si je suis en France depuis six ans, je ne me suis jamais habitué à ne m’entraîner que deux fois par semaine. Pendant la majeure partie de ma carrière, en professionnel, c’était un rythme de six à huit séances hebdomadaires. Mon corps n’a pas aimé du tout passer à seulement deux entraînements. Mais je ne veux pas chercher d’excuses. Bien que des fois je n’étais pas aussi efficace en attaque, je pense que j’ai trouvé d’autres façons de contribuer à l’équipe, comme rebondir, jouer en défense et plusieurs fois j’ai été le facteur X sur le terrain qui nous a apporté une victoire. »