Antibes, bilan positif

Volley
  • 17/04/2020

S'il a confié il y a quelques jours à notre média qui ne serait plus l'entraîneur de la PNM d'Antibes à la rentrée, un choix personnel, Colin Macnab ne peut que se satisfaire de la saison effectuée, même si l'impossibilité de monter, a peut-être limité les objectifs sportifs.

 

Colin, ton groupe a terminé à une belle deuxième place. Tu en es satisfait ?

 

Oui. Nous avions terminé sixième la saison dernière tout en fédérant un très bon groupe de joueurs. Nous sommes ainsi repartis avec le même collectif. Malgré un manque de matchs préparatifs, nous avons fait une bonne préparation physique avec des séances de volley sur gazon et tout le monde s'est investis immédiatement. Nous nous connaissons tous très bien. On s'amuse bien ensemble et prenons plaisir à partager des moments ensemble sur le terrain et en dehors autour de bonnes bières.

 

Le début de saison fût d'ailleurs excellent...

 

Sur nos sept premiers matchs, on a gagné six fois 3-0. Le seul regret étant d’être passé vraiment à côte contre Nice. Notre seule défaite en 2019. Ils ont très bien joué et nous n’avons trouvé aucune solution. Malgré ce départ canon, notre Nationale 3 était au milieu de classement et assez loin de la montée malgré une poule très serrée. Nous, du coup, on savait pertinemment qu'on ne pourrait pas monter. Notre but dès le début était vraiment de prendre du plaisir à jouer ensemble. Le début d'année 2020, avant l'arrêt de la saison, a été plus mitigé avec trois victoires pour trois défaites. On s'est ainsi arrêté à la deuxième place à six points d'Ollioules. C'est dommage que la saison se finisse aussi tôt mais il n'y avait pas d'autres choix.

 

Tu t'es bien senti dans ton rôle particulier de joueur et entraîneur ?

 

Ce boulot n'est vraiment pas évident mais cela fait quatre ans qu'à Antibes j'ai pris énormément de plaisir parce qu'on avait un discours ouvert avec des joueurs intelligents qui ont contributé à la progression de l'équipe. Une équipe sans « une star » comme pas mal à notre niveau mais on avait une super ambiance, un respect et une application aux entraînements et aux matchs. C’est rare de retrouver une équipe avec tout le monde investit dans le collectif et pas chacun sur soi.

 

(Crédit photo : Michael Toffolo)

Gardons le contact