Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Une nouvelle page à Cagnes-sur-Mer

Ecrit par Martial HESPEL

Changement de Présidence à Cagnes-sur-Mer. Bruno Cammareri laisse la place à Pierre Faure. Pas de révolution, une continuité. Le sportif et le plaisir en ligne de conduite.

Après six années à occuper le poste de Président, pour au total une décennie au club de l’USCHB, Bruno Cammereri range son costume, ou plutôt, il le transmet à Pierre Faure. Ce dernier connait bien la maison puisque lui aussi est présent dans ce club depuis une décennie en tant que trésorier. Deux mandats de trois ans qui laissent un véritable goût de satisfaction à Cammareri : « En terme d’objectifs fixés, les résultats sont là : je suis satisfait », confie-t-il, serein, à www.magsport06.fr. Un premier mandat qui a couru de 2010 à 2013. A cette époque, Bertrand Canizares, entraîneur, avait pour objectif de faire monter l’équipe n°1, de Départemental à Pré-Nationale : contrat validé. Une réussite due, notamment, au retour de nombreuses ex -18 Championnat de France du club que Canizares avait entraîné plusieurs années auparavant. Un côté affectif, qui tient à cœur au club et qui avait porté ses fruits. Cammareri rapporte que son coach de l’époque avait ce côté fédérateur, bien utile, pour recruter intelligemment. Anecdote ? Les dirigeants se souviennent de la fameuse défense étagée en 3/3 du coach qui permettait souvent dans les dernières secondes de décrocher un résultat. Aujourd’hui, du groupe de Nationale 3, elles sont encore quatre à avoir connu ce niveau Départemental avec Canizares. 

Second mandat et arrivée sur le banc de la PNF de Frédéric Chiaroni et de Naoufel, dit Rudy, Boudhir. Des techniciens bien connus du club, Boudhir avait déjà, par le passé, entraîné la PNF et Chiaroni les -18. La suite, on la connaît avec une montée en Nationale 3 et un maintien plus que correct cette année. Au milieu de cette réussite sportive, Cammareri se satisfait également d’avoir remis le club à l’équilibre financièrement. « Quand j’ai repris la Présidence, nous étions en déficit et en un an, en nous serrant la ceinture, nous sommes revenus à l’équilibre. Nous avons créé des événements, géré les équipements et les dépenses. Aujourd’hui, nous avons un budget de 80.000 euros et une trésorerie saine. Je pars serein : il faut continuer à défendre le handball féminin local. » L’avenir. Le projet pour l’équipe fanion est d’accéder en Nationale 2 d’ici tout au plus deux saisons en gardant un fil conducteur : l’USCHB est un club formateur avec un état d’esprit axé sur la compétition sans oublier le plaisir simple de jouer.

L’un des défis de la future direction, sera de gérer du mieux possible le creux de génération chez les -16. Mais, pas de panique, les -12 et les -14 donnent satisfaction. Aujourd’hui, Cagnes-sur-Mer, c’est 170 licenciés. Pour continuer à grandir, le club va également réfléchir à améliorer sa communication : il faut donner envie de venir à la salle. Et c’est de façon collégiale que le Bureau le fera au terme, sans doute, comme s’en amusent les dirigeants, de réunions qui parfois se terminent tard, très tard, pour trouver des idées, innover, débattre. Avec une seule ligne directrice : voir les enfants contents en match et aux entraînements. « On est heureux de les voir s’épanouir au club. On s’attache à eux sur plusieurs générations. C’est formidable. Il faut garder le bon équilibre car parfois la recherche de l’excellence fait perdre les bons rapports. Nous avons deux générations de joueuses au club et peut-être trois d’ici quelques temps. Il faut aussi conserver ce côté famille tout en trouvant le bon équilibre entre rigueur pour la compétition et plaisir pour le bonheur du simple fait de se retrouver. Il faut satisfaire deux types de publics et ce n’est pas simple. »

L’équipe fanion aura elle pour objectif de s’installer dans le top 5 de la Nationale 3. En effet, dans deux ans, la cinquième division devrait disparaître pour une réorganisation des Poules en Nationale 2 et des différents championnats PNF. Un top 5 en N3F permettra à Cagnes-sur-Mer de basculer en N2F : l’objectif du club. Un objectif qui découle du travail entrepris par Cammareri. « Nous ne pouvons que remercier Bruno du travail effectué au détriment à certains moments de sa vie professionnelle et personnelle », explique Pierre Faure, le futur Président, accompagné de Daniel Livoti, vice-Président, de Colette Ruckebush, directeur technique et d’Yvan Merlino, le trésorier.  « Nous aurons toujours comme ligne de conduite la vie d’un club où cohabite le côté familial avec des objectifs et de la performance. Il faut donner à manger à tout le monde et ce n’est pas simple à gérer. Voilà notamment pourquoi nous avons embauché Davor Brkljacic. Il vient pour améliorer encore la formation au club et conserver les générations de jeunes qui se succèdent chez nous. » Ainsi, si son activité principale sera d’entraîner les -18, Brkljacic offrira son expertise sur tout le pôle de formation, avec  Sabrina Amir comme coach des -14 ans. Colette Ruckebush des -12 ans et Khadra Bougouffa des -10 ans.

Une future génération qui sera amenée dans les années à venir à alimenter la Nationale 3 et future, selon les objectifs, Nationale 2. Le club se veut confiant car la première année en cinquième division a été plutôt probante comme le souligne Faure. « Cette équipe va terminer en milieu de tableau pour sa première année en N3F après avoir plusieurs fois échouée dans ses matches par un petit but d’écart, surement dû à son manque d’expérience, et en pratiquant un jeu dynamique et plaisant. Ces résultats proviennent vraiment d’un engagement, impulsé par les coaches, depuis le début de la saison, de toutes les joueuses qui ont su faire passer le collectif avant les individualités. On pourra souligner les prestations notamment des deux gardiennes Anne-Sophie Caron et Mélanie Begorre et des deux buteuses de l’équipe, Manon Tenot et Fatou Seye. » Raphaël Gallice et Frédéric Chiaroni, qui entraîneront l’équipe la N3F la saison prochaine, construisent donc actuellement le meilleur groupe possible, renforcé par les joueuses de l’équipe PNF, sous la houlette de Boudhir et de Brigitte Kropfeld..

Certaines joueuses ne seront plus là la saison prochaine. Le staff est notamment, en priorité, à la recherche d’une, voire de deux demi-centre. « On est au travail. Nous sommes à la recherche de joueuses. On étudiera toutes les candidatures pour jouer en Nationale 3 et pour notre projet d’accession en N2F. Entre des déménagements et des projets de bébés, nous devons recruter. » Un autre secteur où le club est toujours à la recherche de forces, c’est celui des bénévoles. Un secteur qui tourne pourtant déjà bien avec une vingtaines d’unités. « On remercie vraiment tous les bénévoles du club sans qui on ne pourrait rien faire. Une belle solidarité qui rappelle la grande famille que nous voulons être. L’US Cagnes Handball, ce n’est pas pareil », souligne Pierre Faure. 

(Crédit photo  USCHB)



Voir plus d'articles de la même catégorie