Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Un statut à justifier…

Ecrit par Eric Roux

L'équipe de France affronte en huitièmes de finale de l'Euro, lundi soir, les Suisses.

Quand on a appris, mercredi en fin de soirée, qu’on jouerait la Suisse en huitièmes, on était plutôt ravis. Nous, vous, les Bleus. A l’inverse, il fallait voir les Suisses : il y avait de la peur dans leurs yeux. Car la France effraie dans ce tournoi, plus pour son armada que pour son bilan en poules, dans un groupe, il est vrai, plutôt dense avec l’Allemagne et le Portugal. À tel point que les journaux suisses n’ont pas osé le rapprochement entre la phase de groupes de 2016 et ce huitièmes de finale. La Suisse avait, à l’époque, arraché un match nul (0-0) contre la France, alors même que le billet pour les huitièmes avaient été composté face à la Roumanie et l’Albanie. On connaît la suite, avec une finale perdue face aux Lusitaniens de Cristiano Ronaldo.
Personne ne peut se réjouir de jouer les Bleus depuis la dernière Coupe du monde et la victoire héroïque face à la Croatie. Battre l’équipe de Didier Deschamps est probablement le plus gros défi imaginable dans le football de nations aujourd’hui, si l’on excepte peut-être la Belgique. Ce statut est enviable mais fragile. Il faut le renforcer et le crédibiliser match après match, dans des rencontres où chaque erreur, chaque défaut et chaque signe de vieillissement sont scrutés. Lundi soir à Bucarest, il sera l’heure de justifier les attentes des Français et les craintes des autres pays. Avec de la patience face à une équipe pas toujours simple à manoeuvrer mais sans un excès de respect non plus.
Si le tournoi des Tricolores s’arrête dimanche, la qualité de l’adversaire ne sera pas une excuse suffisante, pas plus que l’état du terrain ou la chaleur annoncée. La déception sera grande, la tristesse plus forte qu’en 2016. Messieurs, il est l’heure de justifier votre statut de champions du Monde.



Voir plus d'articles de la même catégorie