Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Un problème interne à régler »

Ecrit par Martial HESPEL

Cinquième de son championnat après trois journées, la NF3 de Cagnes joue samedi en coupe de France. Le coach Balensi cherche la stabilité.
 
A son poste. L’US Cagnes est là. Tout du moins de manière comptable. Reléguée en NF3, l’équipe de Raoul Belensi, qui a repris les commandes du groupe cet été, semble assumer son statut de prétendant au haut de tableau du groupe A de la division. Défait lors de la première journée par Monaco, qui depuis fait un sans faute, les Cagnoises ont battu une très jeune équipe de Sète (0-3), puis, le week-end dernier, le Pontet (3-2). Mais la manière, n’a pas toujours été au goût de l’entraîneur : « Contre Sète, oui on gagne en ne prenant que 18, 17 et 19 points. Mais j’attendais beaucoup plus de mon groupe vu l’équipe que nous avions en opposition : des cadettes. » Et puis, contre le Pontet, Cagnes va repartir sur ce même tempo : « On perd les deux premières manches 19-25 et 20-25. On affiche la même fébrilité, le même manque de rigueur que contre Sète. Sauf que le Pontet c’est un cran au dessus et on se retrouve dos au mur. » L’orage passe et une discipline en berne et une pression qu’elles s’infligent elles-mêmes aussi. Les joueuses de l’USC vont retrouver leurs fondamentaux. « Avant de débuter le troisième set j’ai dis aux filles qu’elles n’avaient plus rien à perdre : tout simplement. Et là on se retrouve, on applique les consignes : du scolaire de base. » La confiance a fait la différence. Après un début de match très délicat au service, peut-être dû à la pression, Cagnes va retrouver son volley (25-16 25-16 15-10). Alors d’où vient le problème ? « Sincèrement ? Je n’ai pas encore trouvé », avoue Balensi. « Les trois derniers sets du match contre le Pontet reflètent notre niveau. Nous avons failli passer à la trappe en jouant, au début du match, de la même façon que contre Sète. »
 
« Je me méfie de tout le monde »
 
Prochain match de championnat pour Cagnes… Pardon. Avant un déplacement à Aubagne, la lanterne rouge, le 27 octobre prochain, Cagnes va à nouveau recevoir le Pontet, ce samedi à l’occasion du deuxième tour de la coupe de France. « Je vais en profiter pour jouer des filles qui ont eu peu de temps de jeu et en reposer certaines. » C’est par exemple le cas de la pointu, Carole Maissa, qui a le dos en « vrac ». Si officiellement cette compétition n’est pas l’objectif du club, Balensi n’a pas non plus l’intention de perdre. Ce match sera l’occasion pour le technicien d’aligner des jeunes :  « Pour le moment je ne peux pas le faire en championnat. Les cadres elles-même sont en dedans. Je ne peux pas faire rentrer des jeunes joueuses dans ces conditions. C’est trop de pression. » Le coach décrit justement le Pontet comme une équipe qui n’est « pas monstrueuse mais qui possède beaucoup d’expérience : ça ne fait pas de faute. A nous d’en faire encore moins. Je me méfie de tout le monde. » Pour ce qui est donc du championnat Balensi possède encore dix jours pour « régler un problème interne. Mon équipe est capable du meilleur comme du pire. » Pour souvenir, le 21 septembre dernier, Cagnes avait gagné son premier tour de coupe à l’extérieur, dans la salle de l’Union AS Seyssinoise (21-25 19-25 19-25). A cette époque, Balensi s’était déplacé avec seulement sept filles, dont une qui revenait tout juste de blessure, et n’avais pas vraiment imaginé ce scénario heureux. Le meilleur comme du pire…


Voir plus d'articles de la même catégorie