Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Un joli pied de nez »

Ecrit par Martial HESPEL

Alexandre, quel coup magnifique aujourd’hui. Comment s’est dessinée la course ?

On savait que beaucoup de monde pouvait perdre la course aujourd’hui. Au briefing tout était prévu car comme chaque année, cette étape est très dangereuse avec le vent et donc les bordures. Dès les vingt premiers kilomètres, le vent et la pluie ont permis à vingt coureurs de prendre le large. Nous étions trois de Relaigh : Tom Scully, Éric Berthou et moi même. Tout le monde tournait : l’entente était très bonne. Tom est devenu maillot jaune virtuel.

 

Le peloton n’est jamais revenu ?

Non. Il y a eu un mano à mano énorme pendant cent kilomètres et l’écart est resté autour des 50 secondes. Derrière, le peloton était en grande partie emmené par les équipes française : EuropCar et Roubaix Lille Métropole. Elles étaient piégées. Une série de petites bosses s’est présentée et personne n’a coincé devant contrairement au peloton et l’écart est monté à 2’45 ». Nous n’avons pas ménagé nos efforts.

 

Comment a été négocié le circuit final ?

Il y avait une dizaine de kilomètres à parcourir à trois reprises. On s’est vite rendu compte qu’une portion de 1,5 kilomètre pouvait nous permettre de réaliser un joli coup dans le final. On s’est retrouvé à quatre ou cinq à rouler dans le groupe dont Éric et moi. Mais on ne voulait pas emmener tout le monde sur un plateau jusqu’à l’arrivée. Alors, lors de ce dernier passage stratégique, on a fait le secteur à fond et avec Éric nous avons lâché le reste du groupe. Il nous fallait tenir ensuite dix kilomètres et nous y sommes parvenus. Éric, suite à une chute mardi dernier, était hors course pour le classement général. Alors, il m’a laissé la victoire d’étape pour que je puisse prendre un maximum de bonifications dans le but de garder le maillot jusqu’à dimanche. Ma victoire lui revient à 50%.

 

Quel est votre sentiment aujourd’hui ?

C’est un beau pied de nez aux équipes Françaises qui ne veulent pas de moi. Les Anglais m’ont donc récupéré depuis plusieurs saisons. J’avais déjà goûté à ce sentiment de revanche en 2011 avec ma victoire au Tour de Normandie. Mais là, gagner avec Éric, qui n’a pas été conservé par Bretagne-Schuller, c’est génial. J’ai réussi à le faire venir chez Relaigh et voici le résultat. Un moment magnifique. Tu as quatre-vingt jours de courses dans l’année et des moments comme ça tu en as peu. Il faut en profiter.

 

La Normandie vous réussie bien après 2011. Comment l’expliquer ?

J’y arrive toujours très motivé. C’est souvent mon premier objectif de la saison pour préparer au mieux les classiques du mois d’avril. J’ai souvent de très bonnes jambes. Et puis des courses d’une semaine en France il y en a très peu : on peut les compter sur les doigts d’une seule main. C’est donc toujours très motivant de réussir. Quand on y brille, ça prouve des choses…

 

Comment abordez-vous la suite ?

J’ai une grosse équipe : personne n’a abandonné. Et puis on commence à tout rafler. Tom Scully a déjà gagné le prologue et est aujourd’hui deuxième du général et maillot blanc de meilleur jeune. Ajoutez à cela les performances d’Éric et mon maillot jaune, les autres équipes vont être très revanchardes. Elles voudront notre peau. L’étape de demain a été musclée par rapport à l’année dernière. Il faudra répondre présent.

 

crédit photo : David Allais / www.tourdenormandiecycliste.fr



Voir plus d'articles de la même catégorie