Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Svitolina domine Cornet et file en quart

Ecrit par Martial HESPEL

Ce dimanche après-midi, Elina Svitolina s’est qualifiée pour les quarts de finale de Roland Garros en s’imposant face à la Niçoise Alizé Cornet. Un match fort en symboles.

Si le cœur des Français et des Niçois battait en direction d’Alizé Cornet, il était de raison de comprendre que ses chances de se qualifier pour les quarts de finale de Roland Garros étaient infimes. Face à Elina Svitolina, la 29e mondiale a manqué de constance pour bousculer la 21e mondiale (6-2 7-6(9)). « Il y avait beaucoup de vent (Le match a même été arrêté à 3-0 dans la première manche à cause de la pluie ; ndlr) Récemment, avec sa nouvelle coach, Alizé a beaucoup travaillé l’amortie et le slice. Dans ces conditions, ce type de geste est presque injouable. C’était une option en moins pour elle », explique Bastien Fazincani, pour www.magsport06.fr, responsable du Team Pro Féminin à la Mouratoglou Tennis-Academy basée à Sophia-Antipolis, là où Svitolina, 20 ans, s’entraîne l’hiver depuis 2012 et où Cornet aime venir taper la balle lorsqu’elle vient se ressourcer sur ses terres.

Un bémol est malgré tout mis en avant par Valentin Cecchi, moniteur de tennis au TC Mandelieu. « Alizé n’a joué que lorsqu’elle était menée : dos au mur. Elle ne réalise pas de point gagnant quand elle est devant car on sent qu’il y a peut-être moins de concentration. Pourtant, elle a répété qu’elle était heureuse de jouer sur ce court Philippe Chatrier, mais on ne l’a pas ressenti sur ce match. » En effet, la Française, sans doute pas aidé par un public très mou, n’a pas réussi à définitivement faire douter sa jeune rivale avec qui elle a eu l’occasion de s’entraîner plusieurs fois à Sophia-Antipolis. Svitolina a servi deux fois pour le match à 5-4 et 6-5 sans conclure et dans le tie-break, il lui aura fallu six balles de match pour plier l’affaire. « C’est dommage car si Svitolina a joué quatre fois mieux les trois quarts du match, Alizé était limite au dessus lorsque c’était accroché et sur un troisième set, poussé par le public et en faisant gamberger l’Ukrainienne, il n’est pas impossible que le match tourne », poursuit Cecchi. Mais si le second set a duré aussi longtemps, c’est aussi parce que, rattrapée par ses 20 ans, Svitolina a peiné pour conclure.

Ce huitième de finale était le premier de la carrière de la Française Porte d’Autueil depuis sa première apparition en 2005. Ce soulagement a peut-être pris, de façon involontaire, le pas sur une niaque que l’on a pas retrouvé sur ce match. Une grinta qui lui avait permis en début de tournoi, face à des joueuses plus modestes que l’espoir mondial qu’est Svitolina, de renverser des situations mal embarquées. « C’est possible qu’il y est eu un relâchement. Mais si on va part là, c’est aussi la première deuxième semaine de la jeune carrière de Svitolina, alors… » Cette dernière est parvenue à bien contrer la Française en jouant beaucoup sur son revers, laissant la Niçoise dans l’incapacité d’exploiter d’avantage l’un de ses points forts : le coup droit. Rappelons qu’au tour précédent, Cornet est parvenue à s’imposer au bout du troisième sets, grâce notamment aux 59 fautes directes de Lucic-Baroni. Alors que Svitolina n’en a fait que 24.

Pour la première fois de l’histoire du tournoi, une Ukrainienne atteint les quarts de finale. « Ce tournoi peut l’aider à passer un cap. Même si elle est vingtième mondiale, elle n’avait jamais réalisé de grande chose en Grand Chelem, c’est fait », confie Fazincani. Nous venons s’en doute d’assister à l’éclosion définitive d’une grande qui doit une partie de sa réussite aux Alpes-Maritimes. « Il n’y a pas de raison qu’Elina quitte Sophia-Antipolis, surtout avec les nouvelles infrastructures qui arrivent. » L’ancienne ISP Academy a pris un nouveau virage avec le projet de Patrick Mouratoglou il y a peu. « Elle s’y sent comme à la maison quand elle revient. Tout le monde la connaît et aime la retrouver. Quand on passe son année à voyager, on aime avoir une mini-base où on se sent bien », explique Fazincani. Ce dernier se veut aussi optimiste pour la Niçoise. « Je pense qu’Alizé arrive dans ses meilleures années. J’en parlais il y a peu avec elle. Elle a mûri et se connait beaucoup mieux. Sa maturité fait qu’elle peut mieux gérer la pression. Elle en a moins, ce n’est plus pareil que lorsque tu as 20 ans. L’an passé, elle a battu trois fois Serena Williams et a retrouvé le top 20. » Top 20 qu’elle a quitté récemment après avoir perdu beaucoup de points à Katowice et à Dubai en début de saison. Mais cette deuxième semaine à Roland va lui permettre de regrimper à nouveau après avoir été éliminée dès le deuxième tour en 2014.

Deux joueuses qui semblent donc sur la bonne voie. A Svitolina d’enchaîner maintenant face à Ana Ivanovic, tête de série n°7, contre qui elle vient de perdre en deux sets à Madrid. Une chose est certaine, Svitolina sera dans le top 15 dans une semaine à la WTA et devrait intégrer le top 10 rapidement, qu’on on sait qu’elle n’a aucun point à défendre à Wimbledon et à l’US Open. Quand on voit que la moitié du top 20 féminin a au moins 27 ans, on se dit qu’avec ses vingt printemps, Svitolina a de beaux jours devant elle. A suivre…

(Crédit photo : Mouratoglou Tennis-Academy)



Voir plus d'articles de la même catégorie