Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Rien n’est jamais acquis »

Ecrit par Martial HESPEL

Après quatre saisons en Nationale 1 au Cavigal et autant d’échecs de monter en Pro D2, Arnaud Lamazaa-Parry quitte la Côte d’Azur pour le Loiret et Saran, qui monte en Pro D2.

Arnaud, tu quittes la Nationale 1 et le Cavigal pour Saran et la Pro D2. Jouer à l’échelon supérieur, même si à ta signature Saran n’avait pas encore joué son barrage, t’a motivé à rejoindre ce challenge ?

Effectivement. L’envie de jouer plus haut est la grande motivation de mon départ. J’ai toujours eu au Cavigal le projet de monter en Pro D2, ce qui n’a malheureusement pas été le cas. Quand Saran m’a contacté avec ce projet à court terme, étant donné qu’ils étaient leaders de leur Poule de Nationale 1 avec une structuration proche de ce qui est demandé par la Fédération pour ce niveau de jeu, je n’ai pas hésité longtemps. Le club a ensuite validé sportivement la montée lors des play-offs d’accession fin mai.

Étais-tu arrivé au bout de ton histoire avec Nice à force que le club ne rate chaque année la montée ?

C’est vrai que j’ai effectué ici ma quatrième saison cette année. Malgré une bonne saison, deuxième du championnat, le fait de ne pas accrocher cette première place une nouvelle fois est un échec et est décevant pour moi. Il nous a manqué une nouvelle fois peu de choses sportivement pour y arriver. La volonté d’aller voir plus haut à court terme et découvrir un autre club, une autre manière de travailler me semble une très bonne chose pour la suite.

Le virage historique qu’a pris le club niçois est-il aussi une raison du départ ?

Non, cela n’a pas pesé dans ma décision car j’ai signé à Saran avant les changements opérés en vue des saisons prochaines. Dans le sport c’est comme ça, rien n’est jamais acquis, des gens partent, d’autres arrivent, on le sait tous. Je suivrai avec attention les résultats du Cavigal l’an prochain qui sera composée en grande partie de copains et dirigée par Edu (Eduardo Fernandez-Roura ; ndlr) qui est également un ami en dehors du handball. Je souhaite au club de réussir dans son projet sportif et de structuration en vue d’une montée rapide en Pro D2. L’équipe qui semble se constituer en a en tous cas les moyens sportivement.

Que retiens-tu de ton aventure sur la Côte d’Azur ?

Pas mal de choses. Déjà, je me souviendrais de tous les joueurs et membres du staff que j’ai pu côtoyer durant ces saisons avec lesquels on a vécu des bons et moins bons moments. Des matchs et des actions me restent en tête ainsi que des déplacements et des après-matchs animés. Les échanges « interclubs » tard le soir dans le Vieux Nice avec les joueurs et joueuses de la Côte, qui se reconnaîtront j’en suis sûr, resteront aussi de très bons souvenirs. Des choses ont commencé et d’autres fini ici, mais je repars de la Côte un diplôme en poche, une expérience professionnelle extra-handball et pour jouer à un niveau supérieur. Donc je vais retenir que du positif surtout.

Que peut-on te souhaiter pour la suite de ta carrière ?

A court terme de bien soigner mon épaule : opération il y a quinze jours. Sinon, j’espère m’intégrer rapidement à ma nouvelle équipe et à la Pro D2 pour participer activement au maintien de Saran dans la division. Progresser encore et continuer à prendre du plaisir sur le terrain encore un moment.

(Crédit photo : Nicolas Brocardi)



Voir plus d'articles de la même catégorie