Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Remotiver les joueurs avec Barrera »

Ecrit par Martial HESPEL

La saison prochaine, Antibes jouera une troisième saison consécutive en Nationale 3 Masculine mais ce sera avec un troisième entraîneur. Barrera remplace Ottuso.

Président Jean-Louis Caparros, confirmez-vous à www.magsport06.fr que Ruben Barrera, en provenance de la NM3 de Saint-Laurent, sera bien l’entraîneur de la NM3 d’Antibes la saison prochaine ?

Oui. C’est acté depuis deux jours. Nous allons donc pouvoir consulter les joueurs. Une grande partie de l’équipe avait décidé de partir, de quitter la région ou de ne plus jouer à Antibes selon le coach en place. L’arrivée de Ruben, à la place de Stefano, devrait en remotiver plus d’un. On devrait avoir plus de monde que prévu. Une réunion va être organisée la semaine prochaine et on devrait y dégager une belle équipe avec trois ou quatre mutés. Un groupe solide.

Qu’est ce qui n’a pas fonctionné avec Stefano ?

C’est un homme qui a une manière de fonctionner un peu brutale. Elle n’avait pas plus aux filles (Pré-Nationale ; ndlr) l’année dernière. Ainsi, on a inversé les bancs avec Olivier Costarella, pensant que ça allait mieux se passer avec les garçons. Mais Stefano n’a pas trouvé l’adhésion de l’équipe. En fin de saison, beaucoup en avait marre. Certains ont tout de même adhéré mais, si Stefano a bien géré le côté sportif, il a un gros manque sur le plan humain alors que c’est primordial. On ne peut pas créer un engouement avec une équipe lorsque ça fonctionne à base de tensions et d’engueulades. On ne peut pas se mettre l’équipe à dos pour qu’elle fonctionne.

Son gros regret porte sur, selon lui, l’absence d’ambition de votre club…

On connait la région et toutes les villes qui ont une équipe d’un très bon niveau. On ne peut pas se projeter comme ça pour jouer la montée en Nationale 2. Pour ça, il faut payer les joueurs, le coach etc… Pour nous, ce n’est pas possible. Nos subventions baisses. Je préfère avoir une Nationale 3 avec de joueurs qui se régalent. Si ça doit venir, on verra. Nos filles montent en Nationale 3, on va donc jouer sur deux tableaux c’est énorme financièrement parlant.

Le budget n’est pas extensible à souhait ?

Aujourd’hui nous avons 300 licenciés en cumulant le beach, le loisir et les championnats. Nous sommes l’un des plus grands clubs de la région en terme de licenciés. On ne peut pas être ambitieux comme Saint-Laurent (Qui va jouer la saison prochaine en Nationale 2 avec ses filles ; ndlr). Là, pour le moment, on est au maximum. Nous, nous avons la double casquette avec le beach (Ce week-end ce tient l’Open Beach Volley d’Antibes ; ndlr). Chez nous, ça tourne toute l’année. Nous sommes multi-cartes. On est un club de bénévoles alors on ne peut pas leur en demander plus que ce qu’ils font déjà.

Pourquoi ce choix d’engager Barrera qui vient de terminer dernier du championnat NM3 avec Saint-Laurent ?

Je crois que lui aussi n’a pas reçu l’adhésion de tous les joueurs. Oui, à Antibes on aime les forts caractères. Il était aussi peut-être en fin de cycle. Un cycle de deux ans, mais parfois c’est suffisant. Nous lui avons présenté le projet suivant. Ruben est aussi un entraîneur de beach. Chez nous, d’ici deux ou trois ans, nous allons avoir de nouvelles installations aux Trois Moulins. Nous allons d’avantage nous investir dans le beach et on aimerait que Ruben face parti de l’aventure. Alors, avant que tout cela arrive, il est bon qu’il ait déjà un pied dans le club grâce à l’indoor. C’est intéressant pour lui et pour nous, si bien entendu il souhaite plus tard y participer.

Que ce soit avec les filles où les garçons, Antibes n’a aujourd’hui pas les moyens de viser plus que la Nationale 3 ?

Je ne crois pas. Malgré tout, nous allons recruter chez les filles pour augmenter notre niveau et ne pas jouer le maintien sur nos derniers matchs. Pareil chez les garçons, jouer le maintien ne suffit pas. Mais avec eux, l’objectif sera surtout de recréer une ambiance. Entre eux, les joueurs s’entendent très bien. Le but est de fidéliser nos licenciés pour au moins trois ou quatre saisons. C’est le plus important. On jouera avec les garçons le milieu de tableau, voir un peu plus haut. On verra comment ça se passe. Mais si jamais un projet différent doit se présenter l’année prochaine, il faut déjà partir sur de bonnes bases.

(Crédit photo : Facebook OAJLPVB)



Voir plus d'articles de la même catégorie