Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Rabenandrasana, le compte est bon

Ecrit par Martial HESPEL

Arrivé il y a tout juste un an aux Eucalyptus en provenance de la N2M de Boulogne Billancourt, Antoine Rabenandrasana – ailier gauche ; demi-centre – réalise un gros début de saison et s’impose comme un pilier du groupe du coach Xavier Vouillot.

On ne perd pas les bonnes habitudes. Comme en début de saison dernière, le Bâtiment Nice a remporté sa première journée de championnat N3M par un succès d’une longueur, 25-26, à Marignane, comme se fût le cas une bonne demie douzaine de fois lors du précédent exercice. Un succès auquel a grandement participé Rabenandrasana avec 9 buts, lui qui en avait déjà claqué 8 lors du premier tour de la coupe de France lors de la défaite face à la N2M de La Crau. A 22 ans, il prend de l’ampleur. Après une saison à apprivoiser son nouvel environnement et le groupe, qui n’a pas changé cette année, il semble lancé. « Pendant la trêve j’ai fait énormément de travail physique. J’avais à cœur d’arriver prêt physiquement à la prépa afin de pouvoir préparer ma saison du mieux possible. Ayant des contraintes personnelles me retenant sur Paris, je n’ai pas pu faire le début de la prépa avec l’équipe mais j’en ai profité pour m’entraîner avec mon ancien club : l’ACBB (Aujourd’hui en Nationale 1 ; ndlr). Mentalement, je suis déterminé à faire une grosse saison tant individuellement que collectivement », raconte t-il à www.magsport06.fr.

Son acclimatation acquise, il parvient donc aujourd’hui à se libérer d’avantage et à prendre plus de responsabilités. L’âge avançant, il gagne en confiance. « Je suis plutôt content de mon rôle au sein de cette équipe. Déjà en fin de saison dernière j’ai commencé à me sentir mieux. J’ai mis trois années à me faire au monde senior. Je pense que je suis plus mûr. Je ne cherche plus à être le jeune sur qui on peut s’appuyer de temps en temps, je veux être un moteur de l’équipe. J’espère pouvoir refaire ce genre de performance tout au long de la saison. »

Sur un plan collectif, Nice peut légitimement nourrir des ambitions. Un seul départ, celui d’un des gardiens, Benoit Fauvel, qui arrête sa carrière, remplacé par Alexis Charlier du Cavigal Nice. Aucun départ pour les joueurs de champ et des renforts avec Hamila et Rozier. Preuve d’une forte cohésion au sein du groupe, malgré une fin de saison catastrophique sur un plan comptable. Le groupe se connaît et apparaît comme un favori. Avec les montées en Nationale 2 d’Antibes et d’Istres, le haut de tableau semble s’être dégagé. Mais le buteur reste très prudent. « Nous savons que nous sommes attendus, plus que les années précédentes en tout cas. Mais ne faut pas se faire avoir en pensant que deux gros sont montés donc ça y est le champ est libre. Chaque équipe s’est plus ou moins renforcée et a travaillé pour être performante cette saison. On peut entendre ici et là que telle équipe a recruté tel joueur ou vise la montée. »

« Les autres équipes, je m’en fous »

Avant de poursuivre avec beaucoup de franchise et une belle spontanéité. « Moi je m’en fous ! Je joue un match pour le gagner et je sais que nous pouvons gagner contre n’importe quelle équipe… Comme nous pouvons perdre contre n’importe quelle équipe. La clé de notre saison sera de retrouver cette dynamique qu’on avait lors de la phase aller de la saison passée. Je me concentre uniquement sur nous et ce qui concerne les autres équipes ne m’intéresse peu. On prendra les matchs un par un dans un premier temps. Pour l’instant personne ne connait les favoris. »

Éliminé au tout début de sa campagne de coupe de France, Nice ne joue pas ce week-end et devra attendre le samedi premier octobre et la réception de Draguignan pour retrouver la compétition. Une opposition compliquée face au promu de la saison passée qui est parvenu à se maintenir sans jamais trembler. « Les deux matchs contre Draguignan que j’ai pu disputer étaient très serrés. On ne s’attend pas à un match facile. Mais nous avons l’avantage d’être chez nous. On profite de ces deux semaines pour préparer cette rencontre du mieux qu’on peut en espérant faire plaisir aux proches et aux spectateurs qui viendront nous voir. » Les Varois voudront eux confirmer leur belle fin de match réalisée contre Guilherand Granges. Menés 20-24 à la 48e et 24-26 à la 56e, ils sont parvenus à arracher le match nul.

Une fin de match accrochée qui s’associe aux régulières prestations du BTP. « C’est vrai qu’on a cette habitude de gagner d’un but. Beaucoup de nos adversaires ont dû se dire l’année dernière qu’on était une équipe chanceuse. Je pense que quand on répète ce genre de performance plusieurs fois on ne peut pas mettre ça uniquement sur le dos de la chance. Il y a une très grande solidarité dans le groupe. On s’entraide. Cela permet d’aborder les moments chauds en étant relâché. L’enjeu pour nous est maintenant de nous éviter ces fins de matchs difficiles », analyse le joueur de 178 cm. Derrière la réception de Draguignan, suivra celle du SMUC. Engranger à la maison sera aussi la clé pour se retirer de la pression à l’extérieur.

(Crédit photo : Florence Brodin)



Voir plus d'articles de la même catégorie