Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Première réussie pour le Six’ Park

Ecrit par Martial HESPEL

Il y a un peu plus d’un mois, la salle Brancolar a été le théâtre d’une compétition de haut vol : le Six’ Park. A l’honneur, la branche street du basket. Déjà installé, l’événement a plu.

La trêve est l’occasion de mettre en lumière des événements hors championnat qui se déroulent de temps à autre durant l’année sur le sol maralpin. Les 30 et 31 mai dernier, la salle niçoise Brancolar a accueilli le Six’ Park. Organisé par Christian Mulumba, l’événement met à l’honneur le street basket avec, durant les matchs, des règles différentes aux matchs classiques, laissant le champ au spectacle. « Pour une première, c’était satisfaisant. J’avais vraiment envie de promouvoir l’aspect compétition et sur ce point là c’était vraiment intense : un bon niveau », explique l’organisateur à www.magsport06.fr. 

Douze équipes, pour environ cent basketteurs, se sont affrontées durant le week-end. De nombreux éléments, qui dans leur carrière ont joué en Pro A, Pro B ou encore en Nationale 1, étaient de la fête, en plus des joueurs locaux. « C’était la première édition alors beaucoup sont venus prendre la température, voir que ça donnait. Les mecs étaient contents. Du beau jeu, de l’intensité : c’était rugueux. »

Un spectacle sur deux jours, où les gradins ont davantage été remplis le dimanche. « Le but est aussi d’initier les gens à ce type de basket. Tout le monde ne connaît pas. Ce n’est pas trop connu sur la Côte. C’était une bonne manière de mettre un coup de projecteur sur le street. Même s’ils n’ont pas l’habitude, les spectateurs étaient ravis. Il y a plus de dureté dans le jeu. On laisse plus de liberté. Les règles sont différentes et donc c’est plus intense. On laisse la part belle à l’improvisation. » 

Et c’est avec plaisir que Mulumba a souvent remarqué que ce tournoi n’avait rien d’amical : « Ca s’est fricoté sous la raquette. Toujours sans dépasser la limite de l’anti-sportif, mais il ne faut pas être une chochotte mais bien aimer le contact : aller au charbon. » Au milieu de tout cela, des chanteurs, un slameur, un DJ, des troupes de danseurs d’univers différents, bref « une grosse ambiance street basket. » Cet enfant du Quai 54 verra sa deuxième édition se tenir en 2016 et de très nombreux joueurs ont déjà réservés leurs places. « Pour cette première, je ne m’attendais pas à autant de monde au niveau des participants et avec cette qualité. » Vivement 2016…

(Crédit photo : Cassandre P.)



Voir plus d'articles de la même catégorie