Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Pourquoi le RCMB en est-il là ?

Ecrit par Martial HESPEL

Locomotive du basket amateur depuis plusieurs saisons, le RCM est en train de régresser à vitesse Grand V. Les co-Présidents Lucien Platano et Agostino Pitzalis s’expriment sans concession. 

La saison dernière, Roquebrune Cap-Martin comptait sur une Nationale 1F et une Nationale 3F. Un club majeur sportivement dans le département, dépassant les frontières du basket. Mais les dirigeants, malgré un très beau maintien sportif, avait décidé l’été dernier, volontairement, de retourner en Nationale 2. La réserve, trop juste, est descendue en Pré-Nationale. « La décision prise par le Comité Directeur de renoncer à la NF1 a engendré une profonde cassure au sein de l’effectif qui avait brillamment obtenu le maintien sur le terrain. Je rappelle que cette décision, très douloureuse, était basée uniquement sur de grandes incertitudes financières ou plus exactement des certitudes sur les baisses inéluctables de subventions. Les faits nous ont totalement donné raison », expliquent les Présidents à www.magsport06.fr. 

« Plusieurs joueuses ont décidé de nous quitter et une seconde cassure née de problèmes personnels entre certaines joueuses a engendré un autre départ d’importance, tant et si bien qu’il ne restait, en début de saison, que trois joueuses de la précédente saison. » Un contexte terrible qui a fait plonger la compétitivité du groupe : 17 défaites pour 3 victoires. Une place de lanterne rouge et un terrible sentiment d’abandon. « Dans ce contexte, un maintien n’apparaissait cependant pas inenvisageable. Malheureusement, deux joueuses majeures ont décidé, fin 2015 dans des conditions assez consternantes, de nous quitter. C’est la vie mais il est bien évident qu’à partir de ce moment le maintien ne pouvait plus être qu’un mirage. »

Alors, aux côtés de la coach Aranda qui s’est accrochée, le projet de la saison à venir en Nationale 3 a rapidement été lancé avec des jeunes du cru. « Ils faut leur rendre grâce d’avoir vaillamment tenté de relever le défi avec l’aide de plusieurs de nos espoirs. Leur état d’esprit irréprochable leur a permis de remporter deux matches et de donner une belle réplique à Caluire et Monaco BA, deux des cadors du championnat. Mais c’était évidemment très insuffisant pour opérer une remontée au classement. Il nous reste l’espoir d’éviter la dernière place en battant Toulouse lors du dernier match. Ce sera l’ultime objectif de la saison. »

Ainsi, avec les départs réguliers en cours de saison, l’intégration des jeunes s’est faîte de façon naturelle non seulement pour les préparer au futur du club mais aussi et simplement pour garder un groupe cohérent et ne pas faire forfait général. « Bien entendu on comptera encore sur elles la saison prochaine dans la mesure du possible. Notre problème majeur depuis plus de dix ans vient du fait que nous formons des joueuses mais beaucoup nous quittent pour poursuivre leurs études à l’image par exemple d’une Jana Chahwan qui aurait pu être une titulaire à part entière de l’équipe n°1 sans les contraintes de sa formation de médecin. Elle a fait le maximum pour nous aider cette année mais nous savons déjà que nous ne pourrons plus compter sur elle la saison prochaine, sinon pour notre équipe n°2. Et elle risque de ne pas être la seule. »

Mais les dirigeants ne comptent pas se laisser abattre et vont tenter de rebondir le plus vite possible. « Le projet d’une équipe qui descend ne peut être que de remonter. Nous allons essayer de bâtir un groupe compétitif avec deux ou trois joueuses d’expérience pour encadrer nos jeunes. » Sauf que voilà, au même moment où le RCM pessera de N1 / N3 à N3 / PNF, l’AS Monaco et le Monaco Basket Association sont devenus des références de Nationale 2. Le MBA est d’ailleurs toujours en course pour monter en Nationale 1. En quelques kilomètres, le paysage a grandement évolué. Roquebrune peut-il s’en relever ? « Cela, seul l’avenir pourra le dire. Le sport, aujourd’hui, est une affaire d’argent. Et de ce point de vue, les moyens de Monaco et de Roquebrune sont sans commune mesure. La municipalité roquebrunoise nous aide de son mieux mais dans un contexte économique difficile le basket ne peut plus être une priorité. Même remarque pour le Conseil Départemental. Nos ambitions ne peuvent donc être que revues à la baisse ce qui ne veut pas dire qu’elles n’existent pas. A nous, les dirigeants, de nous adapter et de trouver d’autres solutions. »

Mais le RCM s’est-il brûlé les ailes en montant en même temps en Nationale 1 et en Nationale 3 ? « Nous avions accepté la NF1 parce qu’il nous était apparu inconvenant de la refuser deux années de suite (En effet, à la fin de la saison 2012-2013, le RCM avait refusé une première fois la montée en N1F avant d’accepter un an plus tard ; ndlr). Sportivement, les faits nous ont donné raison. La participation de l’équipe 2 à la NF3 s’inscrivait dans un plan à long terme. Quelque part, il a porté ses fruits cette saison en facilitant l’intégration de plusieurs filles en équipe première même si la barre était encore un peu trop haute. Cette saison de NF3 n’a pas eu de grave conséquence sinon sur le mental des joueuses ! Financièrement, c’était un risque assumé. Et, finalement, elle aura été une répétition avant la lettre pour la saison 2016-17. » D’ailleurs, la réserve n’est pas encore maintenue en Pré-Nationale. Une relégation au niveau départemental serait un nouveau coup dur. « Nous sommes persuadés qu’elle va l’atteindre. Elle le mérite amplement. »

Platano et Pitzalis sont aussi dans l’attente du renouvellement de leur poste en juin prochain lors de l’Assemblée Générale. Le Conseil d’Administration va-t-il leur renouveler leur confiance ? En attendant et si le renouvellement est au rendez-vous, les deux hommes vont continuer à se partager la Présidence alors que Platano aurait dû vivre sa dernière saison à la tête du club. « Nous partagerons pendant encore quelque temps notre cohabitation à la tête du club. En effet, ses (A Pitzalis ; ndlr) obligations professionnelles se sont alourdies ces derniers mois et ne lui laissent pas la disponibilité dont il aurait besoin. Nous nous sommes partagés les taches et comme nous avons la même vision des choses, cette co-présidence ne nous pose aucun problème. De toute manière, l’administration du club repose d’abord sur la qualité de l’ensemble des dirigeants et pas seulement de son ou ses présidents. » Beaucoup de choses restent à éclaircir au RCMB.



Voir plus d'articles de la même catégorie