Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Pour un fainéant c’est dur de changer »

Ecrit par Martial HESPEL

Après quatre journées, le Cavigal Nice est leader de la Poule 4 de N1M après une écrasante victoire à Grenoble. L’imposant arrière droit Yoann Ginestar revient sur le début de saison.

Yoann, parles nous de ce départ de Rodez pour arriver à Nice. Tu es arrivé dans l’optique de jouer en Pro D2 ou en Nationale 1 ?

Il y a certains clubs, quand ils t’appellent, tu ne peux que dire oui. Beau projet, des joueurs de talent, ville magnifique, coach avec un palmarès de fou… Que demander de plus ? J’avais donné mon accord pour jouer en Pro D2 à la base et non pour la Nationale 1 car j’étais heureux à Rodez. Travail, handball, ville : tout était top. Mais le club, Edu (Le coach Eduardo Fernandez Roura ; ndlr) et surtout Jordan (Perronneau ; ndlr) que je connais depuis les catégories jeunes championnat de France ont réussi à trouver les mots pour me faire venir. 

Ton intégration et celle des autres nouveaux a rapidement été positive au milieu des méthodes du coach ?

Je trouve que la mayonnaise a bien pris. L’ambiance est très bonne. Raphaël (Tourraton ; ndlr), Jordan, Ruben (Montavez ; ndlr) et Asier (Antonio ; ndlr) sont des cadres qui nous ont accueilli avec le cœur sur la main. Tout le monde a en ligne de mire le même objectif : c’est donc beaucoup plus facile d’être intégré. Pour ma part cela a été un peu compliqué au départ car j’avais ma petite vie de pantouflard à Rodez entre la fête, le boulot et le handball. Ici c’est l’inverse. Edu nous en demande beaucoup. Il travaille comme un dingue et nous demande la même chose, donc pour un fainéant c’est dur de changer mais si je suis venu là c’est pour cela aussi. C’est un système de jeu compliqué à apprendre. Il est très exigeant mais, comme on peut le voir contre Grenoble, le travail paye, même si le fait de ne pas savoir dans quelle division nous allions jouer nous a un peu dérangé au départ. 

La nouvelle formule, de plus, ne laisse pas le temps de tergiverser. Une poule de huit, où seuls les deux premiers passent en play-offs et cinq matchs entre le 3 septembre et le 1er octobre pour commencer…

Pour moi, cette nouvelle formule interdit toute contre-performance. Ce n’est pas facile de se mettre dans le bain quand on va dans l’inconnu avec cinq recrues et un système de jeu compliqué à apprendre. C’est là où le coach a été malin en nous faisant commencer le 25 juillet, une semaine avant les autres clubs de Nationale 1 et Pro D2, pour être prêt directement.

Samedi vous avez écrasé Grenoble, chez eux, 17-29, dans un premier tournant du championnat, cela permet tout de suite de rattraper le point perdu à domicile contre Montélimar avec le match nul ? 

En soit ce n’est pas un mauvais début de championnat. Je pense que le match nul contre Montélimar nous a fait comprendre que ce n’est pas en alignant des noms que l’on gagne un championnat. Il y a des hauts et des bas pendant les matchs. N’oublions pas qu’il a cinq recrues. Le but n’est pas d’être premier en milieu de championnat, de gagner + 12 contre Grenoble, pour terminer troisième dans la deuxième phase. L’objectif est clair : passer ce premier pallier, monter en puissance, se battre match par match et arriver fin mai, premier et jouer en Pro D2 la saison prochaine. Il n’y a pas d’autre objectif possible surtout avec des gars comme ça autour de moi. 

Grenoble retire une pression ?

Ça nous a donné notre match référence. Chacun sait ce qu’il a à faire pour que l’ensemble donne le meilleur de nous même. Nous sommes quatorze et chacun peut remplacer l’autre pour garder ce niveau de jeu. 

Prochain match, toujours particulier, contre Montpellier. Pour eux, c’est trois défaites en autant de matchs mais à chaque fois concédé par deux petits buts d’écart. Méfiance ?

Avec Montpellier on ne sait jamais à quoi s’attendre sachant que c’est une réserve de D1 mais il faut savoir que cette année le seul concurrent à Nice c’est nous même. A nous de respecter les demandes du coach, de jouer notre handball, sans oublier de se faire plaisir, de jouer match par match et nous ferons les comptes fin mai.  



Voir plus d'articles de la même catégorie