Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Par-dessus tout, rester solidaire »

Ecrit par Martial HESPEL

Ambitieuse, l’US Cagnes-sur-Mer vit une saison bien difficile depuis quelques mois avec sa N3F qui joue la maintien. La Capitaine Marine Faure en appelle à la solidarité.

Marine, avant ce match d’Ajaccio (Coup d’envoi ce dimanche à 15h00 ; ndlr), revenons sur le match nul du week-end dernier à domicile contre Marseille. Il vient stopper une trop longue série de défaites et c’est tout simplement la première fois que l’équipe ne perd pas en 2017. Quel sentiment prédomine quand on a mené 15-11 mais quand on a aussi été mené 18-20 ? 

Cela fait du bien d’avoir stoppé la série des défaites car c’est quand même très difficile psychologiquement de les enchaîner. Dans ce match, nous avons alterné des périodes où nous étions devant avec d’autres plus difficiles. Nous avions à cœur de gagner et on y croyait. Mais nos adversaires n’ont jamais baissé les bras. On pourrait vivre ce résultat comme une défaite mais de nombreux aspects positifs en ressortent. 

C’était important d’enrayer la série avant le sprint final même si un match nul à domicile face au dernier n’est pas vraiment un bon résultat ?

L’équipe de Marseille est une bonne équipe avec de bonnes joueuses même si celle-ci est dernière de notre poule. Cette équipe s’est renforcée récemment avec notamment l’arrivée d’une joueuse de D2. Elles étaient sur une phase ascendante grâce à leur victoire face à Ajaccio alors que nous étions sur une phase de doutes. Aucune des deux équipes n’a lâché avant le coup de sifflet final. Nous avons retrouvé un état d’esprit combatif de la part de toutes les joueuses, une motivation que nous n’avions peut-être plus vue lors de nos dernières rencontres, de la hargne surtout en défense et du plaisir à jouer ensemble. Tous ces éléments ne sont que du positif pour le futur malgré ce match nul. 

On voit que le groupe était à 12 sur le dernier match et s’est donc remplumé. Comme le veut la formule, l’équipe aura besoin de tout le monde pour se maintenir ?

Sur ce dernier match, nous affichions un collectif au complet, ce qui n’a pas été souvent le cas depuis le début de l’année. Nous avons dû faire face à la perte de notre gardienne Sonia Bonche (Qui a arrêté en décembre en raison d’une grossesse ; ndlr) et d’une de nos arrières Valérie Faure, mais également à plusieurs blessures telles que celles de Marine Dubois ou de Colline Hermet qui sera absente malheureusement jusqu’à la fin de la saison. Nous avons également dû réagir face au départ de Killah (Victoire Kondjingo qui était deuxième meilleure scoreuse du championnat lorsqu’elle a décidé de partir au moment du changement d’entraîneur ; ndlr). Tout cela a fait que notre effectif de début d’année s’en est trouvé fort réduit. Avec l’arrivée de notre nouveau coach Fabrice Blonbou, une nouvelle équipe a dû se reconstruire, par des renforts de filles des équipes PNF – Anna Szymanczuk – et -18 France que sont Benedicte Cassar, Manon Giusta ou encore Marion Courteau. 

Voilà un peu plus d’un mois que Fabrice Blonbou est en poste. Comment le groupe s’adapte et réagit à ce nouveau fonctionnement ?

Il est évident que l’arrivée d’un nouveau coach apporte son lot de changements. Le temps d’adaptation est différent d’une personne à une autre mais un état d’esprit général prédomine : l’envie de progresser à nouveau ensemble et de se donner à fond. En arrivant au club, Fabrice a immédiatement présenté son projet de jeu et sa manière de travailler. La majorité des filles a adhéré à ce projet et on continue de travailler au maximum pour atteindre notre objectif actuel : le maintien.

De l’extérieur, chacun se demande comment le groupe a pu passer de la deuxième place en décembre à aujourd’hui être aux portes de la relégation alors qu’on connaît l’ambition du club de monter en N2F en 2018. Le seul arrêt de Sonia peut-il expliquer cette chute et chacun se demande aussi comment sur le plan humain cela a pu se dégrader avec Raphaël Gallice alors que les résultats étaient positifs. En tant que Capitaine, quelles sont tes réponses ?

Nous avons bien commencé la saison comme en témoigne notre place de deuxième en décembre. Mais nous avons eu ce fameux passage à vide de mi-saison qui nous a fait passer en neuvième position. C’est sûr que les arrêts et les blessures ne nous ont pas aidées sur cette fin de première partie de saison ainsi que certaines remises en question mais c’est la loi du sport, du sport en équipe et il faut faire avec. Malheureusement, nous sommes entrées dans une spirale très négative qui s’est imposée au fur et à mesure dont il a été très difficile de sortir. Raphaël a pensé au bien de l’équipe et du club en priorité en s’effaçant. Ce qui est louable de sa part. 

Ce match en Corse est capital, comme ils le seront tous mais celui là particulièrement pour conserver la tête hors de l’eau et garder toujours un joker d’avance. A l’aller Cagnes-sur-Mer s’était assez nettement imposée. Quels sont les ingrédients à mettre sur le terrain pour rééditer cette performance ?

Nous essayons de ne pas nous mettre la pression et de travailler afin de faire de notre mieux sur le terrain tout en gardant ce plaisir de jouer. Nous travaillons certes pour assurer notre maintien mais nous pensons aussi à l’avenir et souhaitons que ce travail ait des répercussions sur le long terme. Pour gagner ce match, il nous faudra autant d’envie et de hargne voire plus que pour le match dernier contre Marseille mais aussi plus d’organisation et d’efficacité en attaque. Il nous faudra par-dessus tout rester solidaire et ne jamais lâcher quelque soit le score tout au long du match. Je pense que nous sommes sur la bonne voie.

(Crédit photo : US Cagnes-sur-Mer Handball)



Voir plus d'articles de la même catégorie