Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« On ne pouvait qu’aller dans le mur »

Ecrit par Martial HESPEL

Il y a deux jours, le SLB a annoncé la disparition de son équipe fanion, la Nationale 2 Féminine. Sahbi El Mokni devait en être l’entraîneur en succession de Christelle Jouandon. Il se livre avec une forte déception.

Sahbi, tu ne seras donc jamais l’entraîneur de la N2F de Saint-Laurent du Var. Quelles sont tes pensées ?

C’est un coup terrible porté au basket féminin de la Côte d’Azur. Le club joue chaque année les premiers rôles chez les féminines dans les différentes catégories en championnats de jeunes, des poussines aux seniors. La chaîne était complète et performante, or le haut de la pyramide a été coupé et c’est bien dommage. 

Comment ont débuté les éventements de ton côté ?

J’ai donné mon accord au club juste avant de partir en vacances, il me semblait que malgré le départ de plusieurs joueuses, il restait une ossature sur laquelle je pouvais m’appuyer surtout que deux joueuses allaient être recrutées. Mais les choses se sont compliquées durant l’été…

C’est à dire ? 

D’abord une seule des recrues a été signée, puis début juillet l’intérieure Degane Balle Bonza sur qui je comptais nous a annoncé qu’elle partait en région stéphanoise car elle y avait trouvé un travail, puis la série a continué avec le renoncement de Sharon Bouvet en août.

Du coup tu as eu une mauvaise surprise le 16 août pour le premier entraînement…

Je n’avais que trois filles dont une seule de la Nationale 2. J’ai alors envoyé aux joueuses restantes un message de rappel pour la reprise. Silence radio. Le lendemain toujours trois filles. Je commence à m’inquiéter sérieusement. Puis je contacte Justyna Lambert qui après plusieurs échanges avec moi et avec les dirigeants donne son accord. Je pense à une éclaircie et garde un petit espoir, mais la suite est inquiétante puisque Océane Bory – voyant la situation se déliter – renonce. Je pensais lui faire changer d’avis si deux joueuses importantes du club s’engageaient pour la saison, mais elles n’ont pas trouvé de terrain d’entente avec les dirigeants, par conséquent, il était impossible de partir en NF2.

Avec ton regard de l’intérieur mais aussi de l’extérieur puisque tu arrives à peine au SLB, quel est ton ressenti ? 

Je pense que de gros problèmes relationnels et autres existaient déjà au mois de mai. J’arrivai sans en connaître les tenants et aboutissants, au fil des jours je me suis aperçu que le mal était très profond. On ne pouvait qu’aller dans le mur.

L’avenir des filles au SLB ?

La clé est entre les mains des dirigeants. Soit le projet est de revenir dans le concert national en reconstruisant une équipe avec des joueuses formées ici et encadrées par des filles de métier, soit accepter de voir partir les meilleures jeunes et jouer au niveau régional ou départemental avec des ambitions limitées. Et la décision doit se prendre unanimement.

Et toi ?

Je n’ai jamais connue pareille mésaventure avec une triste issue. Pour ma part je m’engage à entraîner les cadets PACA. Je pense que cette fois je ne rencontrerai pas de problème d’effectif…



Voir plus d'articles de la même catégorie