Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

On a retrouvé Arneodo

Ecrit par Martial HESPEL

Nous n’avions plus vu Romain Arneodo en finale d’un tournoi Future depuis août 2014. A Grasse, le Monégasque a réalisé une belle semaine, qui doit l’encourager.

Il y a trois semaines, Romain Arneodo s’est incliné dès le premier tour des qualifications du Masters 1000 de Monte Carlo. Un revers, lourd de conséquence, puisque à cette occasion, il abandonnait seize points à l’ATP. Résultat, une chute au classement du 604e rang au 723e, se retrouvant même la semaine suivante, 729e. Un classement indigne des capacités du garçon. Fort heureusement, de façon inattendue, même pour lui, il vient de réaliser un très bon 15.000$ à Grasse, atteignant la finale, ce qui lui permet de marquer quinze points et donc de très bientôt retrouver son précédent classement ATP.

« Ca me redonne de la motivation pour la suite de la saison. Cela faisait longtemps que je n’avais pas gagné autant de matchs ni joué une finale et en plus c’est sur un 15.000$ », se réjouit le joueur de 22 ans auprès de www.magsport06.fr. En effet, depuis le début de sa carrière, Arneodo avait joué trois finales, dont une gagné, mais à chaque fois sur des 10.000$. « Je rattrape mes points de Monte Carlo et recupère ainsi un classement correct même si ce n’est pas encore ça, mais il faut bien que ça recommence à un moment donné. C’était un tournoi spécial pour moI, je suis originaire d’ici. » En effet, né à Cannes, Arneodo s’entraîne depuis de nombreuses années à Monaco et joue même depuis 2014 avec la Principauté en Coupe Davis. « Ce dimanche je devais jouer les matchs par équipes. Je ne pensais pas aller en finale. »

Très souvent sorti dès le premier où le deuxième tour, le protégé de Guillaume Couillard était presque parti battu et s’était inscrit, au cas où, bien que sachant qu’il devait s’aligner en équipe. « Ce n’était pas forcément à cause d’un manque de confiance, mais je pensais au mieux faire demi-finaliste. Je n’en ai pas fait beaucoup, alors c’était mieux que rien. Mon optique était cella là. Finalement, j’ai joué relâché, j’ai trouvé un bon mode de fonctionnement au niveau mental. En ce moment je commence à trouver quelques solutions pour mieux jouer et être plus constant, tout le temps. J’espère que ça va être encore le cas. »

Les matchs vont s’enchaîner, avec des niveaux de difficultés très variants, mais Arneodo va rester constant en ne perdant aucun set lors de ses trois premiers matchs. Au premier tour, contre Antoine Hoang, Arneodo va assurer (6-1 6-4). « Un premier match assez tranquille. J’ai été sérieux et ça c’est bien déroulé. » Derrière, c’est autre chose, avec un garçon qui tourne plutôt bien en ce moment, Yannais Laurent. « C’est le type de match que j’aurai pu perdre mais j’ai bien joué : un bon match. J’ai été solide et c’était important de gagner celui là. » Victoire 7-5 6-2. En quart de finale, Arneodo se retrouver face à un Canadien, qui, malgré son statut de lucky loser, n’est pas arrivé à ce stade de la compétition par hasard. Mais, encore une fois, très sérieusement face à un joueur qui n’a pas livré le match de sa vie, Arneodo va s’imposer 6-3 6-3. « J’ai déjà perdu des matchs comme ça… » Combien de fois Arneodo a perdu face à ce type de garçon ? En effet, son adversaire, 1200e mondial, lucky loser, est tout à fait le prototype face à qui le Monégasque s’est souvent cassé les dents en début de tournoi. Cette fois, même face à Laurent, issu des qualifications, Arneodo a joué à son niveau.

Arrive la demi-finale et une opposition bien plus redoutable avec la tête de série n°8, le Russe Medvedev, 487e. « C’était plus dur. Mais j’étais concentré et serein. Je n’ai pas gagné beaucoup de matchs en trois sets cette année. Souvent je gagne le premier avant de perdre ensuite, ça m’a fait plaisir. » Arneodo va s’imposer 6-4 3-6 6-3. 

Puis, la finale. « C’est toujours particulier. L’ambiance est particulière. J’avais comme objectif de bien rentrer dans le match de tout de suite le dominer. On a un peu le même jeu, du fond du court, c’est au premier qui prenait l’avantage. Et au début j’ai été surpris pas son agressivité. C’est lui qui a fait ce que je voulais faire. Alors, je me suis énervé dès le premier jeu. Je me suis fait un peu avoir. J’était tendu. » Du coup, face à Maxime Chazal, tête de série n°7, Arneodo va très vite se retrouver mené 4-0. « Après j’ai commencé à me libérer. Mais j’étais en même temps un peu énervé tout le match. J’ai eu du mal à être positif. Mon niveau de jeu était correct, mais pas l’attitude. Je n’ai pas retrouvé la même concentration que lors de tout le tournoi. Du coup j’ai perdu ma tactique. Je me suis un peu trompé. Peut-être que, inconsciemment, j’étais déjà content d’être en finale. Lui était vraiment motivé. Moi aussi. Mais je ne l’ai pas assez montré. Malgré tout, si on se rejoue demain, c’est soit lui soit moi. Il n’y a pas de différence entre nous. Tout s’est joué au niveau de la détermination. J’ai été inhibé par la finale. » Chazal s’impose 6-2 7-5.

Arneodo va retrouver le circuit dans quinze jours car il joue maintenant deux week-end de matchs par équipes avec Monaco. « Je suis content qu’on m’ait laissé jouer à Grasse car j’aurai déjà du jouer ce week-end. Ensuite, je jouerai deux tournois, en Europe, puis à nouveau deux week-end par équipes. Je suis obligé de les faire, c’est mon salaire. » Au Monégasque de continuer à travailler et jouer avec moins de pression aux matchs par équipes pour surfer sur son bon tournoi à Grasse.

(Crédit photo : Magsport06)



Voir plus d'articles de la même catégorie