Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Nous voulons aller au bout »

Ecrit par Martial HESPEL

A l’aube de la dernière semaine de travail pour le Nice Hockey Côte d’Azur, nous sommes allés à la rencontre du coach Stan Sutor, qui va débuter sa cinquième saison sur le banc niçois. Ambitieux, l’homme attend du spectacle.

Stan, comment vous-êtes vous adapté cet été pour cette préparation hors glace à cause des rénovations à Jean-Bouin ?
Cela fait maintenant quelques années qu’on reprend notre préparation sur glace assez tard. Mais particulièrement cette année c’est vrai. Nous avons donc intensifié la préparation extérieur avec beaucoup de volonté et de la bonne humeur. Les garçons prennent bien la situation. Nous avons une saison à préparer, chacun est sérieux, même s’il est dommageable de ne pas toucher le palet.

Est-ce vraiment pénalisant ?
Il n’y a pas de science exacte. Nous avons eu d’autres années où nous avons commencé tard et on s’est rarement loupé en début de saison. Bien entendu qu’il est préférable de patiner, pour eux c’est plus plaisant que de courir. Mais j’ai espoir qu’on commence bien la saison. Je ne me focalise pas sur ce handicap. Il y a de la qualité dans le groupe et les garçons comprennent bien la situation.

Le bon match amical contre Gap (Ligue Magnus) vous a t-il rassuré ?
Oui en partie car malgré peu de glace dans la préparation j’ai vu une bonne prestation de mon équipe. Je n’ai pas tant été rassuré par le résultat mais surtout par la manière car nous avons tenu tête à une bonne équipe en revenant au score dans le troisième tiers temps. Cela prouve que les garçons sont bien préparés et grâce à leur bonne technique nous avons les moyens de vite combler le retard dans la préparation.

« Tout le monde s’implique »

Le groupe a été renouvelé à 50%. Répond-il à vos attentes ? Vous ressemble t-il ?
Nous voulions montrer autre chose. Le souci ne vient pas forcément de ne pas pouvoir gagner mais c’est surtout les prestations que nous avons offert au public tout au long de la saison. Ce n’était pas à la hauteur de nos attentes et de ce que les joueurs été capables de faire. Certains se sont vus peut-être trop beaux et ont cru que ça allait venir tout seul. Aujourd’hui je vois des petites différences. Tout le monde s’implique, même si nous ne sommes pas sur la glace, ça travaille bien. C’est ce que je cherche et c’est là aujourd’hui.

La première journée de Division 1 s’est déroulée ce week-end mais vous avez demandé à décaler votre match contre Bordeaux…
Oui. Ce n’est jamais bon car il est important d’être bien à jour avec les autres équipes. Mais c’était difficile de jouer avec une préparation quasiment sans glace, Bordeaux est un peu dans notre situation. Notre match se jouera le 28 septembre. On attend avec impatience de jouer notre premier match ce samedi 14 septembre contre Mont-Blanc, comptant pour la deuxième journée du championnat.

Vous connaissez cette équipe ?
Oui nous l’avons joué l’année dernière. Je pense que son groupe n’a pas beaucoup changé. C’est jeune et ça va patiner. Il ne faut pas sous estimer ce club et on sait très bien que les points seront difficiles à obtenir. Mais nous savons que tout au long de la saison, chaque samedi sera une vraie bataille contre de belles équipes.

« Très plaisant de jouer devant tant de monde »

Après la finale d’il y a deux ans, le quart de finale de la saison passée, serait-ce un échec de ne pas monter cette année en Ligue Magnus ?
Je ne pense pas. Oui nous sommes des compétiteurs et nous avons tous envie d’aller au bout et de gagner le championnat. Mais avec la qualité des autres équipes, atteindre les demi-finales sera déjà bien. Mais les joueurs ont la volonté d’aller au bout. Ils sont venus là car se sont des compétiteurs.

Une chose à changer à Nice au niveau du hockey la saison passée. En quelques mois, vous êtes passés à jouer devant 200 ou 300 spectateurs à minimum 800 personnes…
Cela montre que le hockey est en train de prendre à Nice. Malgré de mauvaises performances, je ne parle pas de résultat, mais de spectacle, le public est resté fidèle et commence à s’identifier à ce sport. Il faudra montrer autre chose pour continuer à remplir cette patinoire. C’est très plaisant de jouer devant tant de monde.

Si Nice venait à monter en Ligue Magnus dans un an, le club, au niveau de sa structure, hors glace, est-il prêt à atteindre l’élite ?
Je ne pense pas mais on va s’adapter. Il y a deux ans, lorsque nous sommes passés tout prêt de la montée, la mairie de Nice nous a fait savoir qu’elle nous soutiendrait. C’est très important. Mais il faut encore structurer tout l’entourage du club. Mais on avance un peu plus chaque année. Et puis je ne suis pas seul. J’ai mon adjoint Pascal Margerit à mes côtés et Fabien Benoit notre préparateur physique. Côté sportif on se structure de mieux en mieux. Nous avons un entraîneur mineur qui nous vient de Chamonix. Sportivement on avance. Mais il manque encore du monde : nous avons besoin de bénévoles. Mais si on monte, nous ferons bonne figure et nous serons tous heureux d’être à ce niveau.



Voir plus d'articles de la même catégorie