Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Nous ne sommes pas idiots »

Ecrit par Martial HESPEL

Promu cette saison en DN2, le Sprinter Club de Nice Jollywear est très ambitieux. L’objectif est simple : que la cinquième ville de France reprenne des couleurs sur deux roues.

« On veut faire progresser nos gamins, les amener un peu plus loin. » Voici la rengaine d’Eric Masséglia, le président du Sprinter Club Nice Jollywear, pour www.magsport06.fr. Promu cette année en DN2, le club maralpin doit cette accession en grande partie de ses résultats en Coupe de France DN3. Mais en terminant cinquième, le critère sportif n’était pas rempli : il fallait monter sur le podium. Mais Nice a profité de la non-montée de l’AS Corbeil-Essonne et le Team Pays de Dinan. Le club azuréen a pu accéder à la DN2 malgré un budget limité. « En DN3, on roulait face à des clubs qui avaient le double de subventions municipales : 70.000 euros. Cette année, nous en avons 35.000, indique le président niçois. Imaginez donc le fossé avec les DN2. En souriant, j’explique qu’on ne va pas lâcher la mairie. Après on ne crache pas dans la soupe non plus, on sait bien que tous les budgets sont revus à la baisse. Les finances sont dans le rouge, nous ne sommes pas idiots. Mais je pense que notre travail mérite un peu plus de considération. »

« Ce n’est pas normal »

 Cette montée en DN2 sera peut-être un déclic. Depuis cinq ans, chaque hiver, un voire deux Espoirs niçois filent au niveau supérieur : Raibaud est aujourd’hui professionnel à l’Armée de Terre, Athané est à Roanne, Navarro à Aix, Carlier à Martigues et le dernier de la liste, Sylvestre au Team Pro Immo Nicolas Roux. « Sans prétention, ce n’est pas normal qu’une ville comme Nice se fasse taper ses coureurs. Bon, on est aussi très content qu’ils progressent, c’est une vraie satisfaction quelque part. Mais ils partent pour des clubs de villes qui sont dix fois moins importantes que Nice mais qui ont plus de moyens que nous, ce n’est pas tellement logique. A nous d’inverser la tendance et de montrer qu’on fait du bon travail depuis quatre ou cinq ans avec Olivier Presse et aussi à partir de maintenant avec Lionel Lahoun », assure le président. 

En effet, en plus de nombreuses recrues comme Renaud Pioline, les retours d’Antoine Lavieu ou Florent Icard, mais aussi de plus jeunes comme Luc Cheilan et Sacha Gauzens-Chiesa, le club s’est renforcé dans son encadrement avec la venue de l’ancien directeur sportif de La Pomme Marseille, Lionel Lahoun, pour soutenir Olivier Presse. Une valeur ajoutée indispensable pour gérer une équipe élite avec un calendrier plus important mais aussi et surtout lancer un grand projet d’une équipe Junior en 2017. « On a toujours eu des juniors mais on voudrait être plus élitiste, les encadrer et faire mieux que jusqu’à maintenant. Dès que je me suis investi dans le club je me suis toujours inspiré du modèle à l’italienne. Ils ont carrément des teams. Dimanche une équipe italienne est venue sur le Nucéra. Ce ne sont que des juniors, ils sont quatorze et ont quasiment le même traitement que nous on a en France pour nos DN1 et DN2 : des petits pros. C’est ce qu’on voudrait réussir à faire », dit Eric Masséglia. 

« Ce sont des morts de faim »

Mais pour y parvenir, le thème financier revient encore et toujours sur la table. « On arrive péniblement aux 120.000 euros demandés. Il faut cravacher, assure le président. On ne peut pas avoir la même exigence avec nos coureurs quand on ne peut pas les aider financièrement. Quand un jeune te dit qu’il ne peut pas courir un week-end car il travaille c’est compréhensible. Le gamin bosse à l’école la semaine et travaille ensuite. On ne peut pas lui dire d’être mobilisé tous les week-ends pour courir à Roanne, à Paris ou autre. »

Mais cette saison, le club niçois, grâce à sa promotion en DN2, va devoir assumer un calendrier très chargé avec cinq manches de Coupe de France et de nombreuses invitations sur de belles courses à étapes comme les Tours du Piémont Vosgien, du Beaujolais, du Pays Roannais, de la Dordogne, d’Auvergne, les 4 Jours des As ou encore une UCI 2.2 : le Tour de Côte d’Ivoire. Pour un meilleur turnover les juniors seront mis à contribution sans oublier deux africains qui arriveront au printemps : l’Ivoirien Isiaka Cissé et le Camerounais Gérémie Nzeke. « Ce sont des morts de faim, prévient Lahoun. Ils n’ont pas chez eux le confort des Européens. Ils ne sont pas là à pinailler pour rien. Ils vont bouger nos coureurs et nous avons hâte qu’ils arrivent pour quelques mois à nos côtés. » Une saison qui s’annonce très animée sur de nouveaux vélos Cannondale aux couleurs de l’OGC Nice.



Voir plus d'articles de la même catégorie