Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Nous en prendrons deux »

Ecrit par Martial HESPEL

Le Cannet-Rocheville tarde à se mettre à l’abris en N2M. Le temps passe et les dix victoires ne sont pas encore là. Face au SMUC, ce n’est pas passé loin. Explications du coach.

Il y a dix jours, le Cannet-Rocheville a eu l’occasion de décrocher presque officiellement son maintien. A Marseille, les hommes de Pierre de Marchi se sont inclinés 75-71. Dixième dans un championnat de quatorze équipes où les trois derniers vont descendre, le CCAB a donc manqué de peu de se donner un bol d’air presque définitif. 

Alors qu’il reste six journées à disputer, les Maralpins ne possèdent plus que deux victoires d’avance sur le SMUC, en gardant malgré tout le point-average particulier positif puisqu’ils s’étaient imposés 80-66 à l’aller. « L’analyse est simple. La raison principale de cet échec tient dans le fait que je n’ai pas assez utilisé mes rotations lors du dernier quart temps. Cette fébrilité m’a poussé à laisser les cinq mêmes joueurs sur quasiment les huit dernières minutes », raconte le technicien à www.magsport06.fr. « La fatigue a certainement joué sur la lucidité. Ensuite, le SMUC était dos au mur avec une équipe très handicapée : trois joueurs de leur cinq majeur habituel absents. 

L’issue de ce match scellait la suite de leur saison. Une défaite et l’espoir de maintien était quasi nul, une victoire et la probabilité d’un maintien fortement envisageable. » Inutile donc d’expliquer que le SMUC n’a rien lâché malgré deux éclats de dix points que le CCAB lui a infligé au troisième puis au quatrième quart temps. « Mais dans les deux cas ils sont revenus au score le mors aux dents. Nous maîtrisons notre sujet durant 35 minutes. » A ce moment précis les Cannetans possèdent encore dix longueurs d’avance. « Après de petites erreurs couplé à un manque d’adresse de notre côté et une volonté hors du commun de sa part, Marseille passe devant dans la dernière minute. » Et même si le coach ne cache pas que cette défaite est rageante, compte tenu de ce qu’elle aurait pu engendrer pour le promu, il n’oublie pas que son groupe est toujours maître de son destin.

Malgré tout, avec seulement deux victoires lors de ses neuf matchs de championnat disputés en 2017, le CCAB tarde à se mettre à l’abri et il ne faudrait pas que l’horloge tourne trop. « C’est effectivement compliqué néanmoins nous savions que la phase retour serait plus ardue que la phase aller. J’ai récupéré tout mon effectif face au SMUC. Les garçons travaillent bien à l’entraînement, le groupe est lucide et vit très bien. L’objectif est toujours d’atteindre les dix victoires qui seraient synonyme de maintien. Il en reste six. Nous devons en prendre deux et nous en prendrons deux. »

Prochaine possibilité de se rassurer ce samedi 1er avril avec la réception de l’ES Gardonne, quatrième, qui fait partie des six équipes toujours en course pour les play-offs. A l’aller, au moment de sa meilleure période, le CCAB s’était imposé 67-72.

(Crédit photo : CCAB / Priscilla)



Voir plus d'articles de la même catégorie