Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Nous avons pris nos responsabilités » 

Ecrit par Martial HESPEL

Le Président de la Fédération Française de Volley-Ball, Eric Tanguy, a accordé à notre média une interview. Il revient sur la décision d’annuler toutes les éventuelles relégations et d’arrêter les championnats et coupes avec effet immédiat.

Président, le handball a fait le choix de conserver des relégations. La FFVB, non. Pour quelles raisons ?

Conserver des descentes c’était la porte ouverte à tous les recours. Aujourd’hui, tous les clubs pouvaient encore se maintenir avec six ou huit matchs à jouer. Tous les clubs auraient pu faire valoir leur droit qu’il était possible de se sauver et si nous avions conservé des relégations il y aurait eu des préjudices évident. C’est donc aussi la mesure la plus éthique envers nos clubs, en supprimant les descentes directement on peut repartir sereinement pour la saison prochaine.

En revanche, les montées sont maintenues ?

Oui. Il était évident de respecter le travail des clubs et leurs investissements cette saison. Maintenant les commission vont déterminer les modalités et les annoncer rapidement.

La FFVB allège aussi ses contraintes d’engagement ?

En effet. Chaque club aura la possibilité de refuser une montée ou de ne pas repartir dans la même division. Je prends l’exemple d’une équipe qui serait dernière de son championnat. Nous lui ouvrons la porte pour se maintenir mais si le club souhaite de lui même descendre, il ne sera pas sanctionné financièrement ni sportivement, il aura le droit dès la saison prochaine de remonter. 

Votre sentiment au moment d’arrêter purement toutes les compétitions ?

Ce n’est pas de gaieté de cœur. Nous sommes des sportifs et ne pas aller au bout des championnats et des coupes, notamment pour les jeunes, est un vrai crève cœur. Mais c’est la plus sage décision. Nous n’avons aucune certitude sur une éventuelle reprise en mai ou juin et lancer les clubs dans des réservations d’hôtels et autres frais importants aurait été irresponsable de notre part. Nous devons penser à l’avenir des clubs. Nous sommes là pour leur donner un coup de pouce et ne pas les enfoncer. 

Certains auraient souhaité que la FFVB attende avant de se prononcer, mais la saison de beach approche…

Les premiers organisateurs de tournoi de beach, poussés par leur collectivité, sont déjà en train d’annuler leur manifestation. Nous sommes partis pour une crise longue il faut le comprendre. Quoi qu’il en soit, il y aura toujours des favorables et des défavorables à ce type de décision. Aucune ne pourra satisfaire tout le monde. C’était à nous de prendre nos responsabilités et nous l’avons fait. Il aurait fallu attendre une hypothétique reprise en mai ? Tout en prenant en compte une période de réathlétisation des sportifs ? C’était impossible. De plus, quelle assurance d’avoir les gymnases à notre disposition ? Nous devons protéger la santé des sportifs et ne pas les pousser à entrer en contact prématurément et risquer d’éventuelles contaminations. Nous devons tous sortir le mieux possible de cette situation qui, je l’espère, n’affectera pas l’envie de nos licenciés à se retrouver à la rentrée.

Comment allez-vous organiser l’été ?

Je compte proposer des activités, plus que d’habitude, durant l’été principalement autour du beach et du jeu sur herbe. Je pense que nos licenciés, éloignés des terrains trop longtemps, vont être en demande et en auront besoin. On travaille avec le bureau exécutif et les différentes commissions pour mettre tout cela en place.

La FFHB a fait le choix de supprimer les coupes de France notamment pour la Nationale 2 et Nationale 3 la saison prochaine. La FFVB peut-elle suivre ce chemin ?

Ce n’est pas à l’ordre du jour. Nos coupes de France sont qualificatives pour les coupes d’Europe. Le monde du volley-ball est attaché à la coupe de France et nous avons pour objectif qu’elle se tienne toujours.

Un dernier message à adresser aux clubs et à vos licenciés ?

Je leur souhaite de sortir de cette crise en bonne santé ainsi que leur entourage. Ce sont des moments difficiles mais il faut en profiter pour s’organiser, trouver des partenaires, même si j’ai bien conscience que ce sera difficile. Que chacun reviennent plus fort à la rentrée.



Voir plus d'articles de la même catégorie