Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Nice doit conclure pour monter en DN2

Ecrit par Martial HESPEL

Deuxième de la coupe de France DN3 à la veille de la dernière épreuve, Nice est proche de monter dans la division supérieure. Olivier Presse se concentre sur le sportif.

Ce vendredi va se courir la troisième et dernière épreuve sur route de la coupe de France DN3, le Grand Prix Christian Fenioux, long de 148.750 kilomètres. Une épreuve en circuit puisqu’il faudra parcourir sept fois 21.250 kilomètres. Deuxième après les deux premières manches sur route, le Sprinter Club de Nice Jollywear a perdu la première place au profit de Corbeil-Essonnes. Pourquoi ? Tout simplement parce que cette année, un nouveau règlement a été mis en place, avec une épreuve facultative sur piste où seuls trois clubs de DN3 et autant de DN1 et DN2, ont fait le déplacement. Nice a donc perdu son leadership. « Il n’y avait pas grand monde. Cela fosse un peu le classement », déplore Olivier Presse, le directeur sportif niçois, auprès de www.magsport06.fr. 

« Nous, nous n’avons qu’un seul pistard : Javan Nulty. Sauf qu’au même moment il était en stage avec l’Irlande pour préparer les championnats d’Europe de la spécialité qui ont eu lieu la semaine suivante. Ce règlement est assez aberrant. Il y a d’autres façons de promouvoir la piste… Dans ce cas là on met aussi une épreuve de VTT ou de cyclo-cross. Nous ça nous aurait bien plu (rires). Tout le monde est d’accord pour dire qu’il y a d’autres moyens pour développer la piste. Pour nous, c’est un gros budget, il faut les vélos adéquates et s’y investir un minimum. Ce n’est pas facile. » 

Presse explique également que plusieurs clubs ont saisi le CNOSF pour invalider cette épreuve et donc les points. Pour le moment, le Niçois a décidé de se concentrer sur le sportif et d’aller chercher la montée en DN2 sur la route, sans avoir recours à quoi que ce soit. Mais, du bout des lèvres, il explique aussi que si la montée passe sous le nez de Nice à cause de cette épreuve sur piste, il faudra alors se pencher sur le dossier. 

« Tout reste à faire »

Bref… Comme Presse le martèle, le rendez-vous, c’est vendredi. Oublions le reste. Il faut se concentrer sur la route où Nice aura la pancarte. Le Sprinter possède 108 points d’avance sur le troisième et le quatrième : Schwenheim et Aubervilliers. Seul le podium final obtient le droit de monter en DN2. « C’est beaucoup, mais peu à la fois. Si on ne marque pas de point demain (Les 50 premiers coureurs marquent des points ; ndlr) et que les autres ont un gars dans le top 5, ça peut aller vite… Il ne faut pas nous endormir et absolument marquer des points. On est à l’abri de rien. Ca va être un circuit assez plat, pas très usant, sans grosse difficulté. L’issue peut être aléatoire. Un sprint massif est possible et là il faut avoir un peu de réussite aussi. Tout reste à faire. »

Chaque équipe, comme l’exige le règlement, ne peut aligner que cinq coureurs. Avec trente-cinq clubs en course, la journée s’annonce animée et difficilement contrôlable : il va falloir la jouer finement mais aussi avoir un brin de chance. Nice arrive avec Yolan Sylvestre et Pascal Bousquet qui sortent du Tour de Martinique et du Tour de Guadeloupe. Les deux hommes sont arrivés à l’aéroport de Nice mardi matin après avoir voyagé toute la nuit. Il faudra, pour eux, gérer la fatigue et le décalage horaire. Tout dépendra de leur faculté à bien récupérer après neuf jours de course en Guadeloupe. On connait leurs qualités. Sylvestre est en forme. Avec eux, l’expérience de Bruno Bongioanni et de Christophe Rosé sera précieuse, aux côtés du benjamin de l’équipe, Damien Van Damme.

« On verra les jambes de chacun »

La sélection s’est presque faîte naturellement. Entre les pépins physiques ou privés, ceux qui n’ont pas eu leur journée sur le plan professionnelle puisque nous sommes en semaine et pas le week-end, Presse a vite fait le tour. Et puis, Marvin Gruget est lui sur une manche de coupe de France VTT.

La météo pourrait également écrire le scénario de la course. Selon Météo France, plus les coureurs avanceront dans l’après-midi, plus la pluie et le vent prendront de l’importance. « Pour la tactique, on verra les jambes de chacun. Les gars vont devoir discuter entre eux pour savoir qui est fort. Une chose est certaine, nous devons placer trois coureurs dans le top 50 pour se mettre à l’abri, en évitant forcément de faire 44e, 45e et 46e (rires). » En effet, l’enjeu est trop important. Chacun devra mettre son ego de côté et se mettre au service du collectif. Ce n’est pas le moment de jouer sa carte personnelle et nous pouvons faire confiance aux cinq guerriers pour jouer carte sur table sans hésitation.

Il faudra composer avec les tactiques d’équipes qui peuvent bousculer Nice mais aussi avec les individualités dont les clubs n’espèrent plus rien. « Moi, ça m’arrange si ces individualités vont chercher les gros points. Il faudra être vigilant car cinq coureurs, c’est très peu. Avec une chute, une panne de jambes, on peut très vite se retrouver à quatre voir trois », n’oublie pas Presse. Nice doit donc terminer le travail pour assurer sportivement sa montée. Pour le reste, même si Presse souhaite resté concentré sur le sportif, il affirme que le club a bien travaillé en amont pour que tout soit en place en cas de montée et donc remplir le cahier des charges. Une montée en DN2 arriverait au meilleur moment pour la formation niçoise. « Maintenant il faut concrétiser demain. » Allez !

(Crédit photo : SCNJ)



Voir plus d'articles de la même catégorie