Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Monaco monte en Nationale 3

Ecrit par Martial HESPEL

Un an après la terrible désillusion connue face au Nice Basket, l’AS Monaco n’a cette fois pas tremblé face à Sanary ! Le groupe d’Ali Bouziane termine champion et invaincu en Pré-Nationale et monte donc en Nationale 3 ! 

Vainqueur en terre varoise de douze points à l’aller, les Monégasques se devaient donc de conserver cette longueur d’avance ce samedi soir, à domicile. Mais rien ne fût simple. Pour la première fois de la saison, Monaco, comme le confie Bouziane, a fait preuve de fébrilité en début de match, face à une formation adverse qui, au final, n’avait plus grand chose à perdre après la défaite assez nette du match aller même si, douze points, c’est beaucoup et si peu à la fois. « Sanary était plus relâché que nous. On a joué sur un faux rythme en première mi-temps. Ils ont géré le tempo et nous l’avons subi », raconte le technicien à www.magsport06.fr. Monaco perd ainsi à la pause 36-45. « Nous étions très mal. Alors on a ajusté à la mi-temps. J’ai demandé aux gars de jouer vite. On avait besoin de rythme. Sur la longue on allait y gagner au vu de notre longueur de banc. C’est ce qui s’est passé. On avait plus de fraîcheur en seconde mi-temps. En parallèle on a resserré notre défense. On a défendu individuellement en première, on s’est mis à défendre ensemble en deuxième. On a retrouvé nos valeurs puisque c’est difficile de relancer le jeu si on ne gagne pas de ballons. D’où l’intérêt de hausser l’intensité défensive. » 

Malgré des difficultés certaines en début de rencontre, l’entraîneur reconnaît qu’il n’a pas vu d’inquiétude dans le regard de ses garçons dans le vestiaire, pour une raison très simple. « Cette équipe a un vécu. Il y a sept joueurs qui jouent ensemble depuis trois ou quatre ans. Ça fait la différence dans les périodes critiques. Il y a une confiance collective qui s’est installée. A l’aller à Sanary le scénario était identique. On a fait le break dans le quatrième quart. C’est un peu à l’image de notre saison. Le domaine où le groupe a le plus progressé est dans la gestion des émotions. C’est ce qui nous coûte la montée la saison passée. Le groupe a beaucoup mûri au fil des matchs. Dans la douleur parfois, mais les grands changements se font souvent dans la douleur : donc non pas d’inquiétude. Je savais personnellement qu’on avait une grosse marge de progression. On jouait très très mal et eux très très bien. »

« Comme si j’étais un attardé »

Cerise sur le gâteau, Monaco termine donc champion, en étant invaincu. Car ce qu’on ne vous pas a encore dit, c’est que l’ASM a remporté son dernier match après prolongation et autant dire que la montée était sans doute acquise à la fin du temps réglementaire, très peu probable de voir Monaco prendre un éclat et un -13 en prolongation. Mais gagner, c’était autre chose. Ali Bouziane nous raconte, avec humour et sincérité, comment son groupe a alors pris les commandes. « On a joué gros ! Il y avait un dilemme. On s’était posé la question des prolongations avant le match avec les dirigeants. Et notamment si on jouait la montée en priorité ou a quitte ou double : la montée et l’invincibilité. Et c’est là que les intérêts divergent parfois. Il était hors de question pour mes gars de perdre ! Quitte a prendre le risque de tout perdre. J’avais quand même une bande de grands malades qui a clairement voulu prendre ce risque quitte à tout perdre ! C’est fort ! J’ai énormément de respect pour cette prise de position. Ce n’est pas moi qui ait pris cette décision, elle a été collégiale lors du dernier temps mort que je prends pour leur poser la question. Et là ils me regardent tous comme si j’étais un attardé ! On ne voulait pas se contenter de la montée. On voulait finir invaincu ! C’est l’état d’esprit de toute une saison. » Score final 79-74.

Se pose désormais – ce qui est légitime – la question de la composition du groupe pour la Nationale 3. Rappelons que le champion PNM de la saison dernière, Nice, vient de terminer lanterne rouge de Nationale 3 et fait donc le chemin inverse de Monaco. Pour Bouziane, la stabilité sera le mot d’ordre. « On a un groupe cohérent même pour le maintien en N3M : l’objectif n’étant pas de monter en Nationale 2. On va opter pour la stabilité. Renfort si nécessaire. On doit se poser et faire un point avec les joueurs à partir de la semaine prochaine. Jusqu’à maintenant on s’est refusé de se projeter sur la saison prochaine. On va commencer par savourer ce titre et viendra ensuite le moment de se projeter. »

Il faudra aussi se pencher sérieusement sur les éventuels renforts internes, ceux des jeunes formés au club. « Il y’a un projet de passerelle qui a commencé cette saison avec les U18 et j’ai eu la chance d’avoir un groupe de 10 à 12 joueurs aux entraînements grâce à l’apport des jeunes talents de l’équipe U18 et ces gars là sont partie prenantee au même titre que certains joueurs qui n’ont fait que s’entraîner avec nous sans jouer les matchs parce que le projet avait bon goût même sans jouer. Et mes pairs des niveaux intermédiaires vous diront tous que c’est un luxe d’avoir un groupe de 10 ou 12 à l’entraînement. » Mais pour le moment, place à la détente et au repos. Des entraînements pendant le mois de mai ? Oui, mais sans doute à la carte. La saison a été longue et l’objectif atteint doit être savouré à juste titre. Passer à autre chose, faire le vide, tourner la page pour au mieux repartir au combat.

(Crédit photo : AS Monaco Basket)



Voir plus d'articles de la même catégorie