Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Monaco déjà au niveau Pro B ?

Ecrit par Martial HESPEL

Philippe Beorchia est l’entraîneur adjoint de Savo Vusevic à la tête de la N1 de l’AS Monaco Basket. Celui qui a été le coach numéro 1 de l’équipe de la Principauté entre 2000 et 2003 évoque les belles performances en amical de l’épouvantail de la N1.

Philippe, Monaco vient de boucler deux matchs amicaux en s’imposant contre deux clubs de Pro B, Fos-sur-Mer (68-67) et Hyères-Toulon (88-58). L’équipe, malgré une grosse refonte de l’effectif et un changement d’entraîneur, semble déjà prête…
On a encore beaucoup de travail, l’équipe est loin d’être prête. Mais la cohésion est déjà là et l’envie commune d’atteindre l’objectif est bien présent. Pour le moment ça fait l’essentiel.

Comment expliquer cet écart de 30 points face au HTV ? On sait que le coach varois a organisé ce matin un entraînement dès 6h00 pour recadrer tout le monde…
C’est vrai qu’il y a avait beaucoup moins de combativité de leur côté. Peut-être n’étaient-ils pas motivés puisque nous sommes un club de N1 ? On ne cherche pas à savoir, c’est leur problème. De notre côté les joueurs ont respecté les consignes travaillées toute la semaine à l’entraînement. Nous voulons un jeu rapide et léché avec un maximum de réussite. Les gars sont très motivés en ce début de saison, ils veulent montrer qu’ils ne sont pas là pour rien.

La suite du programme ?
Nous devions joués un match amical contre une Université Canadienne. Mais elle a annulé sa tournée. Nous sommes donc de retour à l’entraînement dès ce mardi, à raison de deux entraînements par jour. Il faut maintenant travailler le collectif après une grosse partie de physique au début de la préparation. Nous avons encore beaucoup de points à améliorer.

Vous qui avez été entraîneur de cette équipe il y a dix ans en N2 et N1, quelles sont les différences avec le basket d’aujourd’hui ?
Il y a beaucoup moins de places pour les joueurs en Pro A et Pro B. Avant il n’y avait pas autant d’étrangers dans les équipes de l’élite. Aujourd’hui, en N1, on retrouve des jeunes qui sont morts de faim et qui veulent monter, mais aussi les garçons revanchards, les oubliés du basket, qui aspirent à prouver qu’il sont toujours là. Le niveau va crescendo.



Voir plus d'articles de la même catégorie