Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Me prouver que je peux rester compétitif »

Ecrit par Martial HESPEL

C’est l’un des transferts remarqués en ce début d’été. L’expérimenté pointu Benjamin Mouchard quitte la PNM d’Antibes pour retrouver la Nationale 3 à Saint-Laurent. Confidences.

Benjamin, avant d’évoquer ton arrivée à Saint-Laurent, parlons de ta saison à Antibes, en Pré-Nationale. Une année particulière avec trop de points laissés en route en 2016 et un parcours parfait en 2017 pour échouer à un rien de… Saint-Laurent qui monte. Comment as-tu vécu cela ?

Cette saison était en effet particulière, surtout à cause de l’écart de niveau entre les équipes de la poule. Nous avons lâché des points en première partie de saison. En effet, après une série de matchs très faciles nous n’avons pas réussi à élever notre niveau de jeu. Est ce qu’il faut avoir des regrets ? Ce n’est pas ma vision des choses. L’équipe était un hybride de l’équipe de Nationale 3 (L’OAJLVB venait à peine de descendre ; ndlr) et de l’ancienne PNM. Il nous a fallu du temps pour nous construire. C’est pour ça que je suis au contraire très satisfait de notre saison, car la deuxième partie a presque été un sans faute, où on fini en ne laissant échapper qu’un petit point. L’équipe a trouvé ses marques et on a tous pris un plaisir fou à jouer et c’est ça le principal.

Tu aura donc connu la N3M et la PNM à Antibes avec différentes réussites…

J’ai effectivement connu les deux niveaux. La saison précédente, je suis venu en renfort après un arrêt d’un an et demi loin des terrains de volley. C’est l’année de la descente, où on a connu beaucoup de problèmes de communication et d’effectif. Mais l’ambiance étant malgré tout très bonne, dans un club familial, la majorité des joueurs a donc décidé de tenter la remontée en Nationale 3 cette saison.

A quand remonte tes envies de départ ?

Je n’y ai pas vraiment songé avant la fin du dernier match. J’avais à cœur de finir ce que l’on avait commencé avec Antibes. Puis des opportunités se sont présentées et les challenges proposés m’ont séduit. Le niveau N3M étant bien évidemment un des facteurs.

Les contacts avec Saint-Laurent ?

Je connais déjà l’équipe pratiquement dans sa globalité, pour avoir joué avec certains, ou contre d’autres. J’ai décidé de rejoindre le VBSL pour plusieurs raisons. Cette équipe est compétitive et possède un fond de jeu intéressant, avec des joueurs de qualité sur les postes stratégiques. Sans oublier la présence de très bonx amis dans l’effectif. Ensuite, j’ai entendu beaucoup de bien concernant Pascal (Drouot ; ndlr) l’entraîneur. Avoir tout au long de l’année des entraînements de qualité est forcément une motivation supplémentaire. J’avais envie de retrouver de la rigueur et de l’application, dans un collectif où chacun se pousse vers le haut. Finalement, pour l’ambiance de ce club que je connais un peu, avec un public très présent et toujours chaud bouillant.

A 30 ans quels sont tes objectifs au VBSL ? Du haut de ses 42 ans, Christian Mevaa, qui rejoint comme toi l’équipe, ne cache que si la montée en N2M est possible, il ne faudra pas se gêner…

Je rejoins Saint-Laurent parce que justement, à 30 ans, je veux me prouver que je peux rester compétitif.  Mes objectifs personnels seront comme toujours de donner le maximum sur le terrain, en match comme à l’entraînement, pour pouvoir apporter ma contribution à cette équipe. D’un point de vue collectif, je pense que l’intégration se fera facilement et j’espère que l’on pourra tirer profit des expériences de chacun. L’objectif numéro un étant bien sur de prendre un maximum de plaisir ensemble. Il y a aussi quelques joueurs qui ont encore une grosse marge de progression et j’aurai à cœur de faire mon possible pour les aider à évoluer afin qu’ils puissent exprimer tout leur potentiel sur le terrain. Je rejoins bien évidement Christian. On jouera tous les matchs pour les gagner et on verra le résultat à la fin…

(Crédit photo : Heïdi Dubus)



Voir plus d'articles de la même catégorie